Le film « Sous les Figues » de Erige Sehiri, candidat tunisien aux Oscars 2023, représentera la Tunisie dans la compétition officielle de la 37e édition du Festival international du film francophone de Namur (Fiff) qui se déroulera du 30 septembre au 7 octobre 2022, en Belgique. Il sera projeté le  5 octobre lors de la soirée consacrée à l’OIF (Organisation internationale de la francophonie).   

« Sous les Figues » est sélectionné parmi douze films que compte la compétition officielle et qui illustrent la diversité culturelle francophone et font la part belle à l’émotion et la réflexion.

Il s’agit d’une coproduction internationale (2022) entre la Tunisie, la Suisse, la France et le Qatar, qui a été présentée à la 54e édition de la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes (du 17 au 28 mai 2022).

Par ailleurs, ce film a remporté le prix du jury Ecoprod lancé à l’occasion du 75e festival de Cannes en vue de valoriser un film et son équipe ayant mis en place une démarche d’écoproduction la plus ambitieuse possible. Le prix Ecoprod récompense pour la première fois un long-métrage présenté à Cannes et produit de la manière la plus éco-responsable possible.

Co-scénarisé par Erige Sehiri et Peggy Hamann, « Sous les Figues » est un long-métrage de fiction coproduit par Henia Production et Maneki Films. Il a été récompensée pour sa démarche d’éco-production durant le tournage. La Franco-Tunisienne, Erige Sehiri, est à son second long-métrage, après son documentaire « La Voie Normale » (2018) et un court-métrage « Facebook de mon père » (2012).

Au casting de « Sous les figues », Fide Fdhili, Feten Fdhili, Ameni Fdhili, Samar Sifi et Leila Ouhebi. Le film se déroule au milieu des figuiers, au nord-ouest tunisien, pendant la récolte estivale. Ecoprod fait état des nombreuses initiatives mises en place sur le tournage de ce film, réalisé en équipe réduite. Les actions menées concernent la régie, la décoration, l’énergie, le transport et les déchets.

Quant au deuxième film tunisien, « Ashkal » de Youssef Chebbi, il figure dans la compétition de la première œuvre section qui présente une sélection de premiers films innovants, engagés et singuliers.

«Ashkal» est une coproduction entre la Tunisie, la France et le Qatar. Le film a participé au Forum (atelier professionnel d’expertise axé sur le co-développement de projets de longs métrages de fiction) du Fiff 2019.

Récemment, il était parmi les 10 films arabes et africains gagnants des subventions du fonds saoudien «Red Sea Fund», financé par la Fondation du Festival international de la mer Rouge dont la première édition avait eu lieu en décembre dernier à Djeddah.

Ce long-métrage de fiction a fait sa première mondiale à la 54e édition de la Quinzaine des réalisateurs. Il réunit un casting composé de Fatma Oussaifi, Mohamed Houcine Grayaa, Rami Harrabi, Hichem Riahi, Nabil Trabelsi et Bahri Rahali.

L’histoire du film se passe dans un des bâtiments des Jardins de Carthage, quartier de Tunis créé par l’ancien régime mais dont la construction a été brutalement stoppée au début de la révolution. Deux flics, Fatma et Batal, découvrent un corps calciné. Alors que les chantiers reprennent peu à peu, ils commencent à se pencher sur ce cas mystérieux. Quand un incident similaire se produit de nouveau, l’enquête prend un tour déconcertant.

Le Fiff est le rendez-vous incontournable du cinéma de l’espace francophone qui se tiendra au cœur de la capitale wallonne. Une sélection de 123 films est au line-up de cette nouvelle édition qui présente une centaine de films issus des quatre coins de la Francophonie comptant 88 Etats et gouvernements réunissant des territoires aussi variés que la France, le Québec, la Roumanie, la Suisse, l’Egypte, la Grèce, le Liban, le Maroc, la Tunisie, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Rwanda, le Sénégal, le Cambodge, le Laos, le Vietnam, Haïti ou la Belgique.

L’ouverture se déroulera le 30 septembre avec le film « L’innocent » du cinéaste belge Louis Garrel.

Charger plus d'articles
Charger plus par Neila GHARBI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire