Depuis l’époque aghlabide et jusqu’à nos jours, Kairouan a toujours réservé un accueil exceptionnel au Mouled qu’on célèbre le 12 rabiaâ al awal de chaque année lunaire (le 8 octobre pour cette année) et qu’on fête dignement car il symbolise le passage des ténèbres à l’espoir. D’ailleurs, la Ville de Kairouan a pu, pendant des siècles, véhiculer ces valeurs humaines héritées du Prophète Mohamed. En effet, les citoyens et les responsables à tous les niveaux ont parfaitement conscience des agréments qui accompagnent la célébration de cette fête religieuse qui attire chaque année des milliers de visiteurs de Tunisie et du monde arabe. Ainsi, l’année dernière, 700.000 personnes ont assisté aux différentes festivités marquant la célébration de la naissance du Prophète Mohamed et ont beaucoup apprécié les concours de lecture du Coran dans les différentes mosquées, les spectacles variés qui s’accordent à merveille avec la piété kairouanaise, les jolis tapis et guirlandes accrochés aux murs, les rues illuminées jour et nuit, les odeurs d’encens et d’eau de rose dans l’air, les chants soufis à la gloire du Prophète, entonnés surtout au mausolée d’Abou Zomaâ El Balawi, et les cérémonies de circoncision gratuite au profit d’enfants nécessiteux.

Le festival revêtira une dimension internationale

Et pour cette année, on s’attend à un record de visiteurs qui atteindront un million, d’après les prévisions du commissariat régional au tourisme.

Tous ces points et bien d’autres ont été évoqués, le 26 septembre, lors de la conférence de presse organisée par l’Association du Mouled présidée par Ali Ben Saïd.

Ainsi, la 5e édition du festival du Mouled qui se déroulera du 1er au 9 octobre revêtira une dimension internationale avec la participation de plusieurs pays dont l’Algérie, la Libye, la Syrie et l’Indonésie.

Et les différentes manifestations organisées seront chargées de significations et de messages, tels que les concours de psalmodie et d’exégèse du Coran qui restituent de façon éloquente la place de choix qu’occupe le fait religieux sociétal typiquement tunisien où notre religion constitue l’essence même de notre civilisation et le fondement de notre existence.

En outre, on aura rendez-vous avec d’autres activités multidisciplinaires, dont notamment des concours de chants liturgiques, des colloques relatifs aux valeurs de tolérance et de solidarité dans l’Islam, la conférence annuelle du Mouled qui se tiendra les 1er et 2 octobre, des spectacles de troupes folkloriques et de fantasia, des soirées de chants soufis, des soirées poétiques et de chants mystiques fêtant la naissance du Prophète.A côté de cela, l’Utica et l’Association du Mouled organiseront une exposition nationale de produits de l’artisanat tunisien de différentes spécialités, dont la viennoiserie, la pâtisserie, le cuivre, la broderie, le cuir, la bijouterie, la tapisserie, la poterie et l’ébénisterie…

Outre les cérémonies de circoncision gratuite, l’animation quotidienne des circuits touristiques des monuments religieux et de la Médina, on organisera des scènes de préparation de l’assida et surtout du makroudh qui représente un art à Kairouan, l’expression d’une civilisation et la manifestation d’un besoin spirituel et social. En effet, la vue des makroudhs mielleux aux dattes, aux grains de sésame, aux amandes et aux pistaches est toujours un plaisir… Mieux une joie.

A côté de cela, l’association du mouled a prévu l’organisation, le 10 octobre, à l’avenue Habib Bourguiba à Tunis, une journée de promotion du patrimoine artisanal, culturel et culinaire propre au gouvernorat de Kaiouran pour lequel le Mouled est un jour de prospérité exceptionnel au niveau de la vie socioéconomique et de promotion du tourisme. Ce sera en quelque sorte un avant-goût festif sur tout ce qui attend les visiteurs qui se rendront à Kairouan. Ainsi, on assistera à Tunis à des expositions-ventes de produits de l’artisanat kairouanais, des spectacles de chants mystiques fêtant la naissance du Prophète, des défilés d’habits traditionnels, des spectacles de fantasia et de cavaliers Zlass et des dégustations culinaires de plats du terroir. Rappelons que cette fête religieuse est une occasion pour rendre visite aux futures mariées auxquelles on offre le moussem et pour rédiger des contrats de mariage.

Charger plus d'articles
Charger plus par Fatma ZAGHOUANI
Charger plus dans Magazine La Presse

Un commentaire

  1. Rim Samia Hajri

    05/10/2022 à 21:07

    comme c’est dommage qu’un article journalistique ne mentionne aucun lien vers le lieu, adresse, horaire, programmation et toutes les infos pratiques pour aller au festival. Pareillement pour l’événement à Tunis, ni lien, ni info pratique… Donc au final, on a l’information générale mais on ne sait pas comment y participer. Je vous pose donc la question: ça sert à quoi d’en parler?

    Répondre

Laisser un commentaire