La réunion de négociation tenue aujourd’hui jeudi au siège du ministère, entre le ministre de l’éducation Fethi Sellaouti, les cadres du ministère et les représentants de la fédération générale de l’enseignement de base n’a pas abouti à un rapprochement des points de vue, a annoncé le secrétaire général adjoint de la fédération Taoufik Cheibi.

Chebbi a indiqué dans une déclaration à l’agence TAP, que les résultats des négociations n’ont pas été à la hauteur des attentes des enseignants suppléants, soulignant que le ministère n’a présenté aucune proposition à part son attachement à recruter les enseignants suppléants à travers des contrats, contrairement au statut de l’enseignement de base et aux dispositions de l’accord du 18 mai 2018.

À noter que l’accord du 18 mai 2018 prévoit, notamment la régularisation de la situation des agents temporaires sur plusieurs étapes, en plus de la régularisation de 4 000 enseignants suppléants qui ont enseigné pendant plus de 5 mois et 15 jours de manière progressive et sur plusieurs années, soit 40 % en 2020, 40 % en 2021 et 20 % en 2022.

Il convient de rappeler que la fédération générale de l’enseignement de base (relevant de l’UGTT) revendique depuis 2018 la régularisation de la situation des enseignants suppléants et des diplômés de la licence appliquée en éducation et enseignement en 2021 et 2022.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire