Beaucoup d’entreprises tunisiennes souffrent pour développer leur business-model. Aujourd’hui, le digital a métamorphosé le monde. Plus de détails avec Malek Atallah, directeur développement à «Wattnow» Interview.

En quoi consiste votre projet ?

«Wattnow» a été créé dans l’optique de fournir à nos clients et partenaires une méthode efficace pour contrôler leur utilisation énergétique de la meilleure façon, et la plus efficace possible. L’équipe fondatrice a travaillé sur cette question pour tenter d’apporter une réponse qui tienne compte de l’augmentation constante des prix de l’énergie à travers le monde et la nécessité de réduire l’empreinte carbone. Elle a mis en place un outil, une solution, pour permettre aux entreprises de facilement prendre le contrôle. Ainsi, Wattnow est une solution IoT de gestion intelligente de l’énergie, permettant donc à nos clients à la fois de réduire leur coût énergétique, mais également d’agir sur leur empreinte carbone.

Comment est née l’idée de votre startup ?

L’équipe fondatrice de Wattnow, venant d’un background électrique et d’ingénierie, a toujours eu une vision assez claire quant à l’impératif d’une bonne gestion de l’énergie. Néanmoins, ces connaissances, lorsqu’elles ont été couplées au constat du gaspillage énergétique de grande envergure constaté dans certains secteurs (on parle parfois de plus de 30%), l’utilisation de la technologie pour remédier à cela est devenue évidente.

Quelle démarche avez-vous entreprise pour vous faire connaître sur le marché ?

Nous sommes convaincus que notre produit et notre solution parlent d’eux-mêmes, ainsi le meilleur vecteur à notre disposition pour nous faire connaître vient de nos clients directement. Ce sont eux les meilleurs portes-parole, puisque c’est bien eux qui utilisent notre solution quotidiennement. Ceci étant, nous avons évidemment également recours à des méthodes de communication variées utilisant à la fois les vecteurs, disons traditionnels, comme la participation à des événements, que ce soit par la prise de parole, ou par du networking et d’autres plus actuels et reposant sur les approches technologiques et scientifiques de ciblage.

Quelle est votre stratégie pour que votre entreprise soit rentable ?

Nous déployons notre solution par la mise en place de capteurs intelligents pour récupérer des informations concernant la consommation et production énergétiques, et par la mise à disposition de nos clients de notre dashboard pour avoir accès à ces données. C’est une solution qui a pour objectif un retour sur investissement rapide chez nos clients. Vous savez, on ne peut changer que ce que l’on voit, et c’est ça, finalement, ce que permet Wattnow. La visualisation pour une meilleure prise d’action.

Quelles sont les principales difficultés rencontrées ?

Je préfère plutôt parler de l’immense soutien actuellement en place dans tout l’écosystème tunisien. En effet, même si évidemment, il y a des difficultés, et c’est toujours le cas, il faut tout de même rester positif, aller jusqu’au bout des dispositions existantes et mettre en valeur, au contraire, les éléments positifs qui nous permettent d’avancer. A Wattnow, nous pensons qu’il faut d’abord arriver aux lignes finales pour, ensuite, travailler en vue de repousser ces limites. Et fort heureusement, en Tunisie, il y a tout de même la place et l’espace pour pouvoir grandir et se développer. Nous pouvons évidemment toujours espérer et demander plus, et c’est normal, parce que c’est comme cela qu’on avance, et je pense que c’est quelque chose qu’il faut faire ensemble.

Est-il nécessaire que le digital doit s’intégrer dans toutes nos entreprises tunisiennes ?

Tout à fait. Toutes les entreprises doivent se mettre au diapason et à niveau en ce qui concerne le digital. Digitaliser l’ensemble de notre économie n’aura, à mon sens, que des retombées positives, en termes d’efficacité, tous secteurs confondus. C’est d’ailleurs l’une des finalités pour lesquelles travaille Wattnow. Quand on prend connaissance, et c’est vrai pour notre secteurs, dans l’énergie, mais également dans d’autres secteurs, de la quantité considérable de temps perdu à traiter des documents, des données, et ainsi de suite, de façon manuelle : la digitalisation nous aiderait énormément à agir et à être plus efficace. Elle nous permet aussi de pouvoir traiter avec l’international avec des connaissances partagées, des timelines identiques et des méthodes communes.

Comment voyez-vous le futur  de notre économie ?

Il est clair que la décarbonation et le développement vert, prenant en compte sobriété et respect de notre environnement pour assurer sa préservation, pour nous, et pour nos enfants, sont probablement les enjeux majeurs de notre époque. Si nous voulons relever ce défi, c’est bien ensemble, et avec l’engagement de tous, et à tous les niveaux que nous allons pouvoir y arriver.

Quels conseils pourriez-vous donner aux personnes qui souhaitent se lancer dans l’aventure startup ?

Il faut y aller, et il faut s’engager. Les startup deviennent un socle économique très important, tant pour l’innovation que pour la croissance, cela, dans tous les pays du monde. Alors se lancer dans l’aventure startup c’est aussi se dire que l’on contribue, à notre échelle, au changement. En plus de cela, c’est évidemment une incroyable aventure humaine, qu’il faut vivre. Les générations qui nous ont précédés nous ont préparé le terrain, notamment par l’éducation et par le legs de l’expérience mais c’est à nous maintenant de poursuivre ce travail en suivant le tracé de notre savoir-faire générationnel, principalement technologique, et apporter notre contribution qui sera transmise à la génération qui nous suivra.

Charger plus d'articles
Charger plus par Sabrine AHMED
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire