Tourisme médical : Un fleuron aux avantages compétitifs

 

De la chirurgie esthétique à la prise en charge des seniors, en passant par l’hébergement médicalisé, le tourisme de santé draine, chaque année, une multitude d’étrangers. Il nous rapporte bien plus que le pétrole et le phosphate !

Doté d’un potentiel hôtelier approprié, mais aussi de prestataires de soins qualifiés, le tourisme médical et du bien-être en Tunisie semble avoir pignon sur rue. En termes de rendement économique, ce secteur émergent nous rapporte, selon les professionnels, beaucoup plus que le pétrole, le phosphate et bien d’autres créneaux classiques. Et pourtant, le besoin de sa promotion se fait amplement sentir.

La Tunisie, première en Afrique

Et la table ronde organisée dernièrement par la Chambre de commerce et d’industrie tuniso-suisse (Ccitnch) s’inscrit déjà dans cette optique, faisant l’état des lieux d’un secteur en plein essor. Un sous-produit touristique qui vaut son pesant d’or, «un marché potentiellement important pour la Tunisie, où l’on peut offrir des services pour un pays comme la Suisse qui est demandeur. Surtout qu’on est capable de fournir des prestations de bonne qualité, aussi bien en matière de santé que dans les domaines hôtelier et logistique», souligne le président de la Ccitnch, Samir Khoudja. L’homme sait de quoi il parle, vu la forte demande enregistrée, ces dernières années, par nombre de seniors étrangers. Et là, enchaîne le Dr Nadia Fenina, directrice générale au ministère de la Santé, l’on ne peut parler de tourisme médical et de bien-être, sans faire le point de notre potentiel santé : «Ses indicateurs nous classent 2es en Afrique, après l’Afrique du Sud. Alors qu’en tourisme médical, le pays est pionnier à l’échelle du continent », se félicite-t-elle.

Malgré tout, son bilan est jugé satisfaisant. A l’en croire, grâce à une infrastructure sanitaire de base et à des compétences médicales hautement qualifiées. A cela s’ajoutent des installations hôtelières et un service d’accueil développé. L’offre répond à la demande en quelque sorte. De la chirurgie esthétique à la prise en charge des seniors, en passant par l’hébergement médicalisé, ce tourisme de santé draine, chaque année, beaucoup d’étrangers. Mais, pourquoi choisissent-ils notre pays ? «En fait, parce qu’on a une technologie avancée, une meilleure qualité de prestations médicales et surtout une prise en charge dans les délais», argue le Dr Fenina. A une clientèle ciblée, une offre médicale pratiquement diversifiée. D’où, il faut s’investir dans ce tourisme de santé, reconnu être une aubaine économique. Et le bien-être ? Lui aussi, «c’est un sous-secteur bien développé, réglementé et organisé par l’Office national du thermalisme et de l’hydrothérapie», assure-t-elle, indiquant que la Tunisie possède d’importantes réserves d’eaux thermales. «On est mondialement 2es après la France», relève-t-elle encore. 

Sur la même lancée, M. Ghazi Majbri, président de la Chambre nationale des entreprises de services de santé, a abordé le volet hébergement médicalisé, comme complément de soins et du bien-être médico-social. D’ici peu d’années, prévoit-il, ce secteur compte atteindre une croissance à deux chiffres. Hébergement médicalisé, il y a, fait-il savoir, plusieurs concepts, à savoir Ehpad (Etablissements d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes), Usld (Unités de soins de longue durée), Ems (Etablissements médico-sociaux), Mrs (Maisons de repos et de soins), et bien d’autres centres de convalescence privés, tous destinés à la prise en charge des seniors et de nos aînés. En fait, le tourisme de santé se décline en trois sous-produits : tourisme médical, du bien-être et tourisme de seniors. Le tout est rentable : « Le tourisme de santé, à lui seul, nous rapporte, chaque année, plus que le pétrole et le phosphate, à même de réaliser 50% des recettes touristiques en général, soit environ 2.500 millions de dinars tunisiens », estime-t-il.

Un investisseur pris à témoin !

En Suisse, c’est devenu une expérience de longue date, aux dires de son ambassadeur en Tunisie, lui aussi invité à la manifestation. «Nous sommes, d’ailleurs, une destination de choix en matière de tourisme de santé et de bien-être, où de hautes personnalités, dont le Président Habib Bourguiba, viennent se soigner», s’exprime-t-il, soulignant la portée d’un tel domaine qui représente une opportunité économique tant pour la Suisse que pour la Tunisie. «Pour nous, les marchés les plus prometteurs sont la Chine et les pays du Golfe», révèle-t-il. Mais, il y a, également, des Suisses qui viennent en Tunisie pour se faire soigner. «Pour moi, la Tunisie est classée première en la matière», déclare l’ambassadeur. Pris à témoin, Alexander Canabal a investi, sous nos cieux, depuis quelques années. Il y a monté la maison de retraite et Ehpad «Carthagea». Il a parlé de la prise en charge de la dépendance des seniors, citant la Tunisie comme une alternative aux Ems (Etablissements médico-sociaux), un des concepts liés à l’hébergement médicalisé. Cela s’appelle aussi réadaptation des seniors, à quoi s’en tient énormément le Dr Imen Miri, médecin physique à l’hôpital Kassab. «Avec le vieillissement des populations et l’augmentation du nombre de personnes vivant avec une maladie chronique, la réadaptation demeure une stratégie prioritaire qui contribue de façon unique à optimiser le fonctionnement de la population », estime-t-elle en conclusion. 

Laisser un commentaire