Une occasion pour stimuler ce festival avec une programmation variée

Le directeur de cette 43e édition du festival international de Dougga, Mokhtar Belatek, a fait un pari un peu fou pour relancer un festival qui a perdu ses repères il y a quelques années.
Heureusement que depuis quatre ans, ce festival — l’un des meilleurs en Tunisie — renaît de ses cendres pour revenir en force et présenter un produit valable pour les férus de ce festival à Dougga, une ville célèbre pour son histoire et ses multiples cultures.
«Le festival de Dougga ne cesse de s’affirmer d’une session à l’autre, les efforts se déploient pour une programmation qui serait fédératrice et brasserait large».
Depuis 2015, cette région du nord-ouest revit avec une programmation de tous les goûts», a souligné le directeur, assez motivé pour un nouveau défi, avec une équipe motivée pour relancer un festival qui a tant donné à cette région de Teboursouk.
Un programme varié est prévu dans ce cadre. «Nous visons à consolider ce festival comme un vecteur de promotion culturelle et économique et surtout de faire profiter la population locale de ses retombées économiques, un festival touristique festif, animé et convivial.
Mais notre problème reste le budget du ministère qui tarde à être versé.
Nous sommes aussi préoccupés par l’indifférence des sponsors à notre festival», a encore affirmé le directeur de cette 43e édition.
L’ouverture sera animée par la troupe symphonique de Malaga, prévue le 24 juillet.
De nombreuses vedettes seront au rendez-vous telles que Zied Gharsa, Orange Blossom qui aura l’opportunité de chanter pour la première fois en Tunisie et, bien sûr, Saber Rebaï qui aura l’honneur de clôturer ce festival le 10 août.
Le théâtre sera aussi au rendez-vous avec Double face; Ouled Oumou et Hakka wa Hakka.

Charger plus d'articles
Charger plus par Karry BRADAI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire