La cinéaste a pris part au Project Amman et par la suite au programme Talent Durban, qui s’est déroulé, du 18 au 22 juillet, dans le cadre de la 40e édition du Festival international du Film de Durban en Afrique du Sud.

Grande cinéphile, Inès Arsi est une jeune femme qui a su pousser jusqu’au bout sa passion. Audacieuse, à l’esprit libre, elle a interrompu son cursus en pharmacie, après trois ans d’études, pour poursuivre des études en cinéma . Elle y plonge professionnellement au début en tant qu’actrice dans le film «Avanti» du réalisateur tunisien Mehdi Hmili. Une expérience qui va confirmer sa passion. Elle a à son actif quelques courts métrages qui ont été sélectionnés dans des festivals arabes et occidentaux. Inès fait partie de cette nouvelle génération de cinéastes indépendants qui croient en leurs projets et qui se donnent les moyens de les concrétiser sans se contenter de miser uniquement sur la tutelle des institutions publiques. Portrait.
Inès Arsi est diplômée de l’Esac en réalisation et écriture. Voulant explorer différents terrains et s’essayer à plusieurs genres cinématographiques dont le documentaire, elle intègre l’université d’été de la Femis à Paris où elle réalise un documentaire intitulé «Toute la vérité, rien que la vérité».
Son projet de fin d’études en Tunisie «Oui mais non» — une comédie absurde sur une jeune femme qui s’enfuit le jour de son mariage — lui permettra d’être membre du jury Unimed à la 74e édition de la Mostra de Venise (en 2017). Un jury international composé de jeunes cinéastes qui avait la tâche de décerner la «Coupe Unimed», «Mediterraneo al Cinema» et le «Prix Unimed». Grâce à ce même projet, elle intégrera l’atelier de réalisation du Luxor African Film Festival en Egypte.
La réalisatrice développe actuellement le projet de son film «Strong girls». L’idée du film la travaillait depuis 2016, mais la jeune femme ne s’estimait pas encore prête à l’époque et préférait prendre son temps dans l’écriture du scénario. En 2017, le scénario enfin prêt, elle s’attelle avec son producteur Mehdi Hmili à lever les fonds nécessaires et décrocher Afac et le fonds du ministère des Affaires culturelles. Dans cette même quête, Inès a pris part au Project Amman et par la suite au programme Talent Durban, qui s’est déroulé,du 18 au 22 juillet 2019, dans le cadre de la 40e édition du Festival international du film de Durban en Afrique du Sud. Le programme réunit les cinéastes africains émergents et leur offre une occasion unique de rencontrer des experts et des mentors de l’industrie en proposant une série intensive de masterclass, d’ateliers et d’événements de réseautage. Une occasion aussi pour les jeunes talents du continent de nouer des relations avec leurs homologues internationaux. Bonne continuation Inès!

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire