Intégration des enfants autistes : Un guide parental voit enfin le jour

 

L’autisme touche un enfant sur cent à l’échelle mondiale. En Tunisie, un programme national d’intégration des enfants autistes a été établi en 2022. Aujourd’hui, 603 autistes fréquentent les jardins d’enfants. Ils seraient 1.000 en 2025.

Le ministère de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Personnes âgées vient de lancer, mardi, à Tunis, en collaboration avec le ministère de la Santé, l’Association tunisienne de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, avec l’appui du bureau de l’Unicef en Tunisie, le guide des parents pour l’intégration des enfants autistes.

Ce document, qui se veut référence pour les parents des enfants autistes, s’inscrit dans le droit fil des acquis au profit de cette catégorie infantile à besoins spécifiques. Il a été suggéré, l’an dernier, dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, qui se tient le 2 avril. Cette année, la même date a marqué le coup d’envoi du guide ; un projet qui voit, enfin, le jour.

Il faut dire que les manches se retroussent, ces dernières années, pour soutenir les enfants autistes dans leur parcours vers l’autonomie. Un parcours qui doit présenter toutes les composantes nécessaires à un enfant et à son développement, et ce, dans le respect immanquable du principe de l’égalité des chances. Les enfants souffrant du spectre de l’autisme ne sont aucunement des cas isolés.

«Selon l’OMS, le trouble du spectre de l’autisme touche un enfant sur cent. Ces enfants ont des capacités variables. Si certains peuvent évoluer dans le temps et acquérir en autonomie, d’autres sont contraints à la dépendance à vie», indique M. Michel Le Pechoux, représentant du bureau de l’Unicef en Tunisie, lors de la conférence organisée à l’occasion, mardi dernier, à la Cité de la culture à Tunis.

Il s’agit, par conséquent, d’un problème de santé publique qui mérite toute une stratégie, afin de créer un environnement favorable à l’épanouissement desdits enfants. «Pour garantir un meilleur environnement et un meilleur état de santé mentale à cette population-cible, il convient d’investir, d’abord, dans ces enfants, dans leurs familles, dans leur communauté, ainsi que dans les prestataires des services y référant. La Tunisie a franchi des pas notables dans ce sens. Aussi, ne pouvons-nous qu’appuyer son initiative», renchérit M. Le Pichoux.

Cela va crescendo !

En effet, depuis 2022, un travail multisectoriel et multidisciplinaire est mené avec persévérance dans le but de briser la sphère de l’isolement dans laquelle sont voués les enfants autistes et leurs familles.

M. Ali Mrabet, ministre de la Santé, a pris soin, lors de son allocution, d’énumérer une quinzaine d’actions qui ont été réalisées ces trois dernières années, et ce, dans le cadre d’une stratégie nationale de sensibilisation et d’appui à la prise en charge des enfants autistes. Les actions ont touché à plusieurs volets essentiels dont le dépistage précoce de l’autisme dans le milieu scolaire, ainsi que via les caravanes de santé (2021), des sessions de formation sur le dépistage précoce de l’autisme (juin 2023), un annuaire professionnel des prestataires de soins qualifiés, une campagne nationale de sensibilisation au spectre de l’autisme (mars 2023), la collaboration entre les différents intervenants, notamment les ministères de la Santé, de la Femme, des Affaires sociales, de l’Education, ainsi que la société civile pour des interventions plus efficientes.

Autres actions menées à bien : la publication d’un communiqué collectif sur l’intégration des enfants autistes dans les établissements préscolaires et scolaires, la réalisation d’un recensement sur les enfants autistes, la formation des professionnels de la santé sur le dépistage et la sensibilisation, ainsi que la réalisation d’un guide destiné aux éducateurs. «Cette année, l’intérêt est focalisé sur le rôle des parents dans le dépistage des signes avant-coureurs de l’autisme, mais aussi dans le renforcement de leurs capacités de prise en charge et d’accompagnement de leurs enfants vers une meilleure autonomie», indique le ministre de la Santé.

Un fonds de 1,7 MD

Le guide des parents pour l’intégration des enfants autistes représente, ainsi, l’un des principaux piliers du programme national de l’intégration des enfants autistes, lequel avait été lancé en 2022.

Depuis, ledit programme a réussi à faciliter l’intégration d’un bon nombre d’enfants autistes dans les établissements préscolaires. «En 2022-2023, quelque 295 enfants autistes ont rejoint les établissements préscolaires. Aujourd’hui, ils sont 603 enfants à bénéficier de ce droit. Parallèlement, les fonds alloués à cet effet ont été plus que doublés, passant de 700.000 dinars à 1,7 MD. Néanmoins, l’implication des jardins d’enfants du secteur privé reste bien en deçà des objectifs requis, puisque seuls 475 établissements ont adhéré à la cause, soit seulement 8% du secteur privé», indique Mme Amel Belhaj Moussa, ministre de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Personnes âgées.

Encore faut-il souligner que l’Etat octroie une subvention d’appui à la prise en charge des enfants autistes, soit une centaine de dinars pour chacune des disciplines élémentaires, à savoir l’orthophonie, la kinésithérapie ainsi que l’établissement préscolaire.

Le guide en version numérique et classique

Le guide des parents pour l’intégration des enfants autistes vient s’ajouter à la panoplie des acquis. Il est disponible dans sa version numérique ainsi que dans une version classique. Le centre national de l’informatique pour l’enfant a pris soin de garantir la version numérique, ainsi que des spots de sensibilisation sur l’autisme dont le spot intitulé «Moudhakarat Amal».

Satisfait des résultats obtenus jusque-là et ambitionnant d’aller de l’avant, M. Samir Ben Mariem, directeur général de l’enfance, a tenu à rendre hommage aux établissements préscolaires qui ont cru en l’impératif d’aider les enfants autistes à évoluer et à s’épanouir. Certaines mamans d’enfants autistes ont témoigné de l’évolution notable de leurs enfants grâce à l’intégration préscolaire.

Encore faut-il souligner qu’à Kébili, deux enfants autistes intégrés dans les jardins d’enfants ont réussi, cette année, à rejoindre les bancs de l’école. «Nous nous engageons à réussir l’intégration de mille enfants autistes en 2025», promet le directeur général de l’enfance.

Tags

Laisser un commentaire