Point de presse du sélectionneur national : Parler pour ne rien dire…

936

Il s’est avéré encore une fois que la communication au sein de la FTF est un dossier spécial où il y a beaucoup à dire et à faire. La «structure de communication», censée faciliter le travail des médias, censée produire une communication ciblée et «différenciée», se contente du strict minimum.
En somme, on sent (et on est sûr) qu’il y a une mauvaise politique de communication de la part de l’instance fédérale. On voit bien que Wadii El Jary, avec son style spécial et sa «tenacité», remplit seul le vide laissé par la structure de communication de la FTF (qui a de gros moyens). Résultat, l’image «vendue» n’est pas celle qui peut attirer (et pas l’unique) épisode, c’est ce fameux point de presse organisé avant-hier par A. Giresse. Quand on organise un événement pareil, c’est pour communiquer quelque chose de solide, du neuf. En ce moment, quand on invite les médias pour écouter un sélectionneur, c’est la liste des joueurs de la CAN qui doit être le thème dominant. Giresse a parlé, a parlé et finalement, il n’a rien dit. Après avoir communiqué la liste élargie des expatriés, tout le monde attendait qu’il enchaîne avec la liste des locaux. Ainsi, le débat pouvait être plus riche. Rien de cela, un petit programme de matches amicaux qui pouvait être édité sur la page «Facebook» de la FTF. Ceci au lieu de ramener des journalistes déjà fatigués par le déplacement (sans oublier l’effet Ramadan). Pourquoi alors cet «insignifiant» point de presse? Le fameux «responsable de communication» à la FTF n’a pas eu le bon sens de reporter cela une fois la liste élargie prête ? Encore une fois, il fait tout pour compliquer le travail des médias. Et cela coûte cher. Giresse, lui-même, n’a pas été ménagé par des journalistes frustrés et qui attendaient qu’on leur apporte du nouveau.

 

Laisser un commentaire