MEMOIRE : Moëz KALLEL

585

A la mémoire de notre cher et regretté

Moëz KALLEL
(décédé un 7 décembre 2001)

«Un être humain qui s’éteint, ce n’est pas un mortel qui finit.
C’est un immortel qui commence.
Ceux que nous avons aimés et que nous avons perdus ne sont plus où ils étaient,
Mais ils sont toujours et partout où nous sommes».
Dix-neuf ans depuis que tu nous as quittés en silence et sans nous dire adieu pour rejoindre un monde meilleur, emportant avec toi ton sourire, ta gentillesse et ta générosité, laissant derrière toi les souvenirs de tes bienfaits et ton bon cœur reconnus par tous ceux qui t’ont connu et qui apaisent notre tristesse.
Tu as laissé derrière toi un immense vide que rien ni personne ne peut combler. Un vide qui s’est encore creusé et une douleur qui s’est accentuée suite au départ de notre très cher père qui t’a rejoint, nous l’espérons dans Son éternel Paradis.
Moëz, tu étais unique : un fils affectueux, un frère, ami et confident attentionné et toujours présent… Tu étais notre soutien sûr, pur, infaillible et sans aucune réserve durant les moments de bonheur et de tristesse. Toi qui incarnais la joie de vivre, tu es parti trop tôt, en laissant de merveilleux souvenirs pour tous ceux qui t’ont connu.
Que tous ceux qui t’ont aimé aient une pieuse pensée pour toi et pour Papou et récitent La Fatiha à vos mémoires.
Reposez, très chers Moëz et Papou, en paix. Que Dieu le Tout-Puissant vous accorde Son infinie Miséricorde et vous accueille dans Son éternel Paradis.

Ta mère, ta sœur,  ton frère et ta grande famille

Laisser un commentaire