Quand Al Fujairah flaire le bon filon : L’ascension de Firas Belarbi

1,761
Indéboulonnable au sein de l’équipe type d’Al Fujairah FC des Emirats arabes unis, auteur de cinq buts tout en étant passeur décisif à deux reprises, Firas Belarbi creuse son sillon avec un calme olympien.

Firas Belarbi crève l’écran aux Emirats. A 24 ans, l’ancien joueur du CAB et de l’ESS notamment, avec laquelle il est encore sous contrat, est en pleine réussite avec Al Fujairah FC. Son dernier but marqué, le week-end dernier contre Al Wahda d’Abu Dhabi (6e au classement), vient ainsi confirmer  tout le bien que ses employeurs pensent de lui. Un tir en cloche qui fait mouche, pleine lucarne, a laissé le gardien adverse désarmé. Régulièrement bien noté (il tourne autour d’une note moyenne de sept sur dix), Belarbi est parti pour constituer l’une des révélations de la saison du championnat. Il en a, donc, fait du chemin pour un joueur juste cédé à titre de prêt par l’Etoile Sportive du Sahel, et ce, jusqu’en juin 2021.

La discipline d’abord !

Avec 5 buts dans la besace (toutes compétitions confondues) en 12 apparitions, dont 10 en tant que titulaire, il n’a donc pas manqué de lancer sa saison sur de bons rails. Discipliné (aucun avertissement reçu), son comportement irréprochable et son ambition sont  à la mesure de son talent. Maintenant, il reste à Belarbi six mois pour persévérer, s’inscrire dans la durée, et surtout, faire monter sa valeur marchande et sa cote en flèche. Ce faisant, son prêt, chiffré à 380.000 dollars, soit un milliard de nos millimes, n’a pas manqué de renflouer les caisses du club sahélien, et ce, au moment opportun, là ou le club phare du Sahel avait besoin de liquidités. Tantôt milieu de terrain offensif, tantôt passeur, il a vite fait de démontrer toute l’étendue de son potentiel et de son talent au sein de la réputée Arabian Gulf  League des Emirats arabes unis, dominée généralement par les clubs d’Al Sharjah, Al Jazira et Al Aïn. On se souvient d’ailleurs et encore de la performance d’Al Aïn au mondial des clubs, il y a de cela deux ans où l’équipe avait fait bonne figure contre l’Espérance de Tunis. Ce qui confirme le plus haut niveau atteint. Seule ombre au tableau, le club de Belarbi est classé 12e sur 14 clubs est avec 7 points au compteur. Jusque-là, le bilan d’Al Fujairah est de deux victoires, une parité et huit défaites. Mais  nul doute qu’à force de labeur et de détermination, Firas Belarbi finira par susciter les convoitises de clubs huppés, à la hauteur de son talent et de ses ambitions. 

Laisser un commentaire