CA: Le moment ou jamais !

1,515

Les Clubistes, aussi stressés qu’ils soient, sont devant un match dont l’enjeu est colossal.


Aujourd’hui, le CA joue son maintien. Et pour ses nombreux supporters de l’extrême dont l’implication dans la vie du club revêt une dimension particulière que très peu d’autres fans réussissent à égaler, l’anxiété et le stress gagnent désormais du terrain à l’approche du match couperet face au CAB, une rencontre dont l’issue peut signifier beaucoup et conditionner la suite de la saison. Le CA joue donc sa peau depuis peu, vu sa situation alarmante au classement. Le constat est amer, mais il ne faut pas se voiler la face. Certes, le CA est plus qu’un club de football. Sauf que toute institution, aussi réputée soit-elle, ne peut se permettre d’avancer sur un fil, sur le fil du rasoir. Actuellement, après le salutaire départ de l’ancien bureau directeur, l’équipe s’est, certes, sublimée depuis quelques rondes. Sauf que le groupe est limité en alternatives et en tauliers. Au final, le CA ne perd pas mais il ne gagne pas non plus. Or, l’équipe doit marquer des points pour assurer sa survie en Ligue 1. Prochainement, après le CAB, ce sera au tour de Soliman, de l’Etoile du Sahel, de l’US Monastir et de l’Espérance de croiser le fer avec le CA. Des frissons en perspective pour une équipe clubiste volontaire mais peu tranchante. C’est donc sur le volet mental que le coach Montassar Louhichi doit focaliser.

Il faudra se montrer costaud, et inutile de ruminer et de ressasser le passé ! Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis le début de saison, car le Club Africain a connu l’une des pires séries de son histoire. Maintenant, le groupe de joueurs n’est plus à la dérive et il a l’occasion, cet après-midi, d’effacer l’immense déception de ses derniers mois, et de se réconcilier en partie avec les supporters.

Un long tunnel de frustrations

Aujourd’hui, volet hiérarchie, la chute du CA  est un terrible gâchis. Depuis quatre ans, le club stagne puis a rendu les armes. Dilapider de la sorte un immense potentiel naturel, sans bien entendu voir le bout du tunnel. Quel gâchis ! Quant aux supporters, ils ont subi un large échantillon de ce qu’un club peut infliger à ses inconditionnels. Merci aux tenants d’hier dont l’éviction « manu militari» sonne comme un désaveu. Mais comment en est-on arrivé là ? Les événements se sont succédé après le départ de l’ex-président, avec une communication très mal maîtrisée de sa part en passant. L’impossible passation (quel bilan et quel passage de témoin ), du jamais vu au sein d’un club englué dans un climat de profonde défiance avec ses fans en cette période -là. Aujourd’hui, le CA panse ses plaies et se projette à nouveau. Il existe même de sérieuses raisons de penser que le club de Bab Jedid ne sera plus condamné à ce rang de club «lambda» grâce au «potentiel progression» de l’association. En tout cas, le match d’aujourd’hui doit être un point de départ pour un futur meilleur.

Laisser un commentaire