La leishmaniose du chien

2,028

La leishmaniose chez le chien est une maladie parasitaire chronique due à un parasite : leishmania infantum. Ce parasite infeste les cellules du sang du chien suite à une piqure d’un moustique: phlébotome.

Le moustique est actif d’avril à octobre et vit préférentiellement dans les zones du pourtour méditerranéen. Il est le vecteur du parasite responsable de la maladie. De plus, la leishmaniose est une zoonose, c’est-à-dire elle peut se transmettre à l’homme.

Nous allons alors voir les différents symptômes chez le chien, le traitement et la prévention de cette maladie assez grave.

Dans sa forme classique, la leishmaniose canine s’exprime par des symptômes très divers, tels que abattement, amaigrissement, hypertrophie des nœuds lymphatiques, des lésions de la peau : squames et ulcères cutanés, allongement des griffes, saignement du nez.

Le tableau clinique est riche et polymorphe, ce qui rend le diagnostic de certitude difficile, c’est pourquoi il est nécessaire de recourir à des analyses de sang.

Il y a un test rapide qui s’effectue dans le cabinet vétérinaire et un autre test qu’on envoie à l’Institut Pasteur, qui est de deux types: quantitatif : pour savoir si le chien est porteur du parasite ou non; et qualitatif : pour connaître la quantité de leishmanies dans le sang.

Même si certaines avancées en matière de traitement ont vu le jour depuis une dizaine d’années, la leishmaniose reste une maladie grave pour le chien infesté.

Chez les chiens infestés et présentant peu de symptômes, et dont la quantité de leishmanies dans le sang n’est pas très représentative; le pronostic est bon et le chien répondra mieux au traitement.

Selon la molécule disponible le traitement se fait, soit par voie orale pendant un mois, soit par des injections, et un médicament par voie orale et  qui durera des mois.

Mais le traitement peut être parfois contraignant et toxique pour la fonction rénale d’où la nécessité de contrôles annuels chez le vétérinaire.

Pour les formes graves avec insuffisance rénale, le pronostic est sombre.

Longtemps fondée sur la lutte contre le moustique vecteur, la prévention de la leishmaniose canine est profondément modifiée par l’arrivée d’un vaccin spécifique.

Si votre chien fait des séjours fréquents ou vit en permanence dans une zone à risque, une vaccination est recommandée. La vaccination permet de diviser par quatre le risque de développer la maladie.

La vaccination dans les milieux à haut risque d’infestation par les phlébotomes n’empêche pas l’infection du chien, mais augmente sa résistance à la maladie en renforçant son immunité.

La vaccination se fait à l’âge de 6 mois chez un animal non infecté.

Elle demande 3 injections séparées de 3 semaines et un rappel annuel.

Un délai de deux semaines doit être respecté si on fait les autres vaccins.

La protection est obtenue 4 semaines après la troisième injection. Si votre chien doit aller dans une zone à risque, la vaccination doit donc commencer environ deux mois et demi avant son départ.

Laisser un commentaire