CA | Le constat est brut : Quand Marchand part si mal…

3,866
Au-delà des résultats bruts, c’est le contenu des matchs qui inquiète, alors que pour certains fans, une bonne dose d’autorité serait à même de secouer un groupe qui a parfois besoin d’être repris en main.

Les derniers résultats de l’équipe A du CA sont peu convaincants et c’est le moins que l’on puisse dire, que ce soit en amical ou juste avant en demies de la Coupe de Tunisie. Et forcément, dans une ambiance quelque peu pesante, Bertrand Marchand semble être parti du mauvais pied avec son club. Plus même, sa place serait déjà remise en question, même s’il a été confirmé par ses employeurs, ces derniers jours. Marchand a donc déjà grillé un joker face au CSS et n’a pas fait mieux en amical face à l’ESS. C’est ce qui s’appelle donc prendre un mauvais départ.

Arrivé cet été au Club Africain, le technicien français et son groupe ont connu une préparation sereine et se sont entraînés dans la quiétude. Sauf que la vérité du terrain est venue perturber la sérénité de l’équipe fanion, et c’est le coach qui en fait actuellement les frais avec une levée de boucliers de la part d’une frange de fans.

En l’état donc, Marchand serait en sursis et son maintien serait tributaire des prochains résultats de ses protégés, que ce soit en championnat face à l’USM ou contre Kipanga FC de Zanzibar en C3. Le CA est ainsi attendu au tournant en cette rentrée difficile, et son timonier français ne peut plus se permettre de fausse note s’il veut s’inscrire dans la durée cette saison.

Ce faisant, le championnat n’a pas encore repris ses droits que le malaise (et non pas la crise) couve déjà au Club Africain. Même si pour certains, l’équipe inquiète. Et au-delà des résultats bruts, c’est le contenu des matchs qui inquiète, même si volet vie du groupe, aucune tension n’est palpable, que ce soit sur le terrain ou dans le vestiaire. Plus encore, ce que les inconditionnels relèvent, c’est un certain excès de bienveillance de la part du plateau technique envers ses poulains, alors qu’une bonne dose d’autorité serait à même de secouer un groupe qui a parfois besoin d’être repris en main.

Le président ne cède pas à la pression

Vous l’aurez donc compris. Au sein du CA, actuellement, il ne s’agit pas d’apaiser les tensions « inter muraux » mais de rassurer les fans en leur garantissant des résultats à la hauteur de leurs attentes. Le Club Africain —  groupe de joueurs, plateau technique et même bureau directeur —  entamerait donc maintenant une mission séduction dont le succès est lié à la production d’ensemble des Clubistes sur le terrain, seule vérité implacable et infaillible. Deux mois seulement après son retour au Parc A, Bertrand Marchand est donc déjà fragilisé. Et encore heureux que les tauliers ne se sont pas près de le lâcher, car là, le sort du coach clubiste serait déjà scellé. Dans les faits donc, le technicien de 69 ans reste soutenu par sa direction et surtout par des joueurs qui ne voudraient pas entendre parler d’un management de type militaire, mais plutôt de l’extrême inverse… Jusque-là donc, le président du CA n’entend visiblement pas céder à la pression mise par certains, comme cela a dû être le cas par le passé avec d’autres bureaux. Ainsi, pas de « hashtag » « Marchand ça suffit » jusque-là. Des réactions certes pas excessives, mais tellement significatives de ce qui se passe au Club Africain. Faut-il s’inquiéter  pour autant ? Dans ce climat légèrement très tendu, Marchand ne peut à son tour ni défendre son bilan (de départ), ni encore faire la fine bouche. Il doit juste faire en sorte que l’équipe montre des signes positifs, progresse et gagne surtout.

Laisser un commentaire