Zoomactu | Un bouclier social pour protéger le consommateur

2,639

 

Dans une situation on ne peut plus difficile — et cela on ne le répétera jamais assez —, le gouvernement est appelé aujourd’hui  à mettre en place des cordons de protection, une sorte de bouclier social à travers des interventions ponctuelles et efficaces. C’est le moment de rassurer les Tunisiens et de prendre des mesures urgentes pour améliorer le niveau de vie des citoyens.C’est en mettant en place des mesures transversales plus profondes qu’il pourra s’attaquer à la cherté de la vie.  Il s’agit d’abord  de faire face à la hausse des prix des produits de première nécessité et aux pénuries répétitives. Toutes les denrées alimentaires ont connu un renchérissement des prix,  impactant durement le pouvoir d’achat  des Tunisiens, sous l’œil de l’exécutif qui n’est pas intervenu pour atténuer les augmentations alors qu’il avait sous la main plusieurs mécanismes.

Le contexte est difficile et volatil. C’est pour cela que le gouvernement doit fournir un grand effort pour ériger un bouclier social protégeant le consommateur tunisien. La sonnette d’alarme est tirée depuis des années sur ce qu’on a qualifié de dégradation sans précédent du pouvoir d’achat des classes sociales, frappées de plein fouet par les conséquences des glissements successifs de la valeur du dinar et son corolaire, la spirale inflationniste. En effet, la paupérisation a touché la classe moyenne  en Tunisie.

L’année qui pointe s’annonce désormais sous le signe de la difficulté. Le pays est confronté à des défis nouveaux et gigantesques.

Pour limiter les dégâts, autrement dit atténuer les pressions sur les prix, malgré les difficultés mondiales d’approvisionnement, des mesures doivent être prises pour combattre l’inflation, déjà élevée (9,8), tout en préservant la croissance économique. Une tâche qui nécessitera un rééquilibrage, tant l’impact concerne l’investissement, la croissance et le niveau de vie, entre autres.Les Tunisiens, ébranlés par la crise économique, s’attendent aujourd’hui avec impatience à des mesures d’urgence  face à la dégradation fulgurante  de leur pouvoir d’achat. Sans être véritablement préparée à cette situation, une frange de la population a appris à ses dépens à vivre au jour le jour, ne sachant pas de quoi sera fait le lendemain, dans un climat social tendu.La protection du pouvoir d’achat, la préservation des emplois et de la prise en charge sociale demeureront parmi les priorités auxquelles le gouvernement  doit accorder un intérêt particulier et pour lesquelles il est appelé à mobiliser les ressources financières nécessaires, notamment au profit de la classe moyenne, les catégories à revenu limité et les couches démunies.

C’est dire qu’une relance économique qui ne met pas le citoyen au centre de la dynamique aura beaucoup de mal à aboutir, d’où toute l’importance du moteur de développement qui reste le levier le plus efficace dans le projet de promotion et d’inclusion sociale. Parallèlement aux réformes et aux aspects stratégiques qui tendent à aller dans la durée, des actions conjoncturelles sont à mettre en œuvre pour appuyer le pouvoir d’achat à travers, par exemple, des crédits à la consommation à taux réduit et des aides aux ménages les plus vulnérables pour leurs besoins élémentaires.

De même, une stratégie à court et moyen terme s’impose actuellement pour contenir la détérioration du pouvoir d’achat des citoyens. Cette dernière est désormais devenue, à l’instar de nombreux pays dans le monde, la préoccupation fondamentale des citoyens, notamment depuis les chocs sanitaires et le conflit russo-ukrainien qui ont aggravé les dommages structurels de l’économie nationale.

Laisser un commentaire