Association Tunisienne des Villages d’Enfants SOS: Une caravane de presse dans 4 villages

2,379

Cette caravane a pour objectif ultime d’impliquer les médias, de par leur responsabilité sociétale et en tant que médias inclusifs, dans les efforts d’amélioration de la prise en charge des enfants et de mobilisation des ressources qui se basent essentiellement sur les donations et le parrainage.

Dans le cadre de sa stratégie de communication et de son ouverture sur le paysage médiatique, l’Association tunisienne des villages d’enfants SOS (Atvesos) a organisé, les 18 et 19 mars, une caravane de presse dans les 4 villages de l’Association (Gammarth, Siliana, Akouda et Mahrès).

2.500 enfants et jeunes pris en charge

Les journalistes et représentants des médias ont prêté, lors de cette caravane, oreille attentive aux protégés de cette structure d’encadrement de l’enfance abandonnée et menacée qui prend en charge actuellement environ 2.500 enfants et jeunes sans soutien sur tous les plans (protection, vivres, hébergement, éducation, prise en charge sanitaire, assistance psycho-sociale, divertissement…).

« Outre sa vocation d’information et de sensibilisation au système de prise en charge des enfants abandonnés au sien des maisons familiales des villages (avec des mamans, des tantes et des éducateurs), comme un peu partout dans les villages d’enfants S0S du monde entier, cette caravane a, en effet, pour objectif ultime d’impliquer les médias, de par leur responsabilité sociétale et en tant que médias inclusifs, dans les efforts d’amélioration de la prise en charge des enfants et de mobilisation des ressources qui se basent essentiellement sur les donations et le parrainage », a estimé le président de l’Atvesos,  Mohamed Megdich.

La caravane avait pour objectif de sensibiliser les acteurs de la société civile à l’importance de leurs concours au budget de l’association auquel l’Etat contribue à raison de 25%, d’où l’obligation pour l’Atvesos de mobiliser le reste des montants à travers la collecte des dons des Tunisiens (personnes physiques et morales, société civile…).

31.000 enfants sur la liste d’attente

Mohamed Megdich a affirmé : «Notre association travaille sous la tutelle des structures étatiques, y compris des magistrats et des délégués à la protection de l’enfance. Nous veillons à mettre en œuvre les recommandations de la Confédération internationale en proposant des logements intégrés dans la société d’ici 2030. Cela nécessite de faire des dons de logements à l’association pour renforcer la capacité d’absorption, d’autant plus que les chiffres officiels indiquent qu’il y a 31.000 enfants sur la liste d’attente».

D’ailleurs, l’Association est appelée à mobiliser plus de 10 millions de dinars (MDT) au titre de l’année 2023, dont 4 MDT seront consacrés au projet de reconstruction du Village d’enfants de Siliana (sérieusement endommagé par un glissement de terrain) et la réhabilitation des trois autres villages (Gammarth, Akouda et Mahrès).

Augmenter la capacité d’accueil

Mais au-delà de l’amélioration de la qualité de prise en charge des enfants résidant dans les maisons de village et leur protection, l’Atvesos s’est fixé, au titre de son plan d’action de l’année 2023, une série d’objectifs à atteindre, en particulier l’augmentation de la capacité d’accueil dans les villages, compte tenu des demandes grandissantes formulées et de situations d’enfants nécessitant la prise en charge, notamment dans les milieux ruraux et les régions et localités défavorisées telles que «Hassi Frid» (Kasserine) et «El Ala» (Kairouan) que l’Atvesos vient d’intégrer dans son programme d’intervention PRF (Programme de Renforcement de la Famille qui soutient les enfants menacés dans leur milieu familial).

A l’occasion de la caravane, l’Association a d’ailleurs fait le point sur l’avancement de l’opération des collectes de dons via SMS et a dévoilé le nouveau moyen de soutien financier qui est l’application mobile (sur le Smartphone) «SOS VE», un mécanisme supplémentaire qui vient consolider les autres mécanismes mis en place, tels que le service «RunPay» et l’application «D17» de la Poste Tunisienne.

Les journalistes participant à la caravane ont par ailleurs découvert d’autres volets encore plus rassurants dans la vie des villages, à l’image des multiples success-story des enfants et jeunes aux plans scolaire, professionnel, culturel et artistique. Les quatre villages de l’Atvesos comptent, en effet, des dizaines de réussites accomplies par les protégés de ces villages, mais également par le cadre éducatif (mamans, tantes, psychologues, animateurs…).

Pour rappel, le mufti de la République Tunisienne a émis une Fatwa autorisant le versement des fonds de la Zakat au profit des SOS villages d’enfants, et un grand nombre de citoyens ont déjà fait don de leur Zakat au profit de nos bénéficiaires par virement bancaire.

Par ailleurs, la loi de finances 2020 a accordé un privilège fiscal aux entreprises et institutions donatrices de SOS villages d’enfants d’une déduction totale du montant donné de l’assiette de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur les sociétés sans plafond.

Laisser un commentaire