Kasserine | Valorisation des déchets : Lancement d’un projet pilote

2,625

 

Dans le cadre de ce projet, 21 habitants de la cité olympique de Kasserine ont bénéficié, chacun, d’une machine de compostage permettant de transformer les déchets ménagers biodégradables en un compost de bonne qualité riche en biostimulants.

Un projet pilote de gestion, par compostage, des déchets organiques vient d’être lancé par la municipalité de Kasserine-ville, dans le cadre d’un jumelage avec la commune allemande de Munich, piloté par l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ).

Améliorer la porosité des terrains agricoles

Dans le cadre de ce projet, 21 habitants de la cité olympique de Kasserine ont bénéficié, chacun, d’une machine de compostage permettant de transformer les déchets ménagers biodégradables en un compost de bonne qualité riche en biostimulants. Les déchets transformés serviront à la nutrition des plantes et à la fertilité des terrains agricoles dans la région. Selon une étude réalisée dans le cadre de ce projet, le compost obtenu permet d’améliorer la porosité des terrains agricoles ainsi que la capacité de rétention d’eau, d’accroître la résistance à l’érosion par le vent ou l’eau et de favoriser la croissance des végétaux et des racines. Au milieu de sa pépinière, consacrée à la floriculture, se trouvait Faycel Rahmouni, un des bénéficiaires de ce projet, en train d’user de son composteur pour favoriser la fermentation des déchets. «Cette étape est importante dans ce processus qui dure entre 6 et 8 mois, pour s’assurer de la fermentation des déchets que j’ai mis à l’intérieur du composteur il y a un peu plus de huit semaines», a-t-il déclaré à l’agence TAP, dans le cadre d’une visite au gouvernorat de Kasserine à l’occasion de la 20e édition du programme «Zoom sur les régions».

Plus de 8 mille tonnes par an

Revenant à ses premiers pas dans cette branche agricole, Rahmouni a indiqué que son aventure date seulement du mois de novembre 2022.

«J’ai été choisi parmi 21 habitants de mon quartier pour obtenir un composteur et l’utiliser afin de valoriser les déchets biodégradables, a-t-il détaillé, ajoutant que les bénéficiaires ont été formés sur les techniques et les étapes du compostage dans le cadre d’une session de formation organisée par le partenaire allemand avec le concours de l’association «Green Kasserine». Évoquant l’état de son projet, l’orateur n’a pas manqué d’aborder les difficultés auxquelles il fait face, dans une région dont les indicateurs relatifs aux ressources hydriques sont, depuis des lustres, au rouge, à la lumière du forage anarchique des puits à la recherche des eaux souterraines. Il a, toutefois, fait part de son intention de développer son projet et à élargir sa pépinière ornée de fleurs de toutes les couleurs. «Pour ce faire, je me suis inspiré de la machine offerte par nos partenaires allemands pour construire un appareil similaire à partir de ferrailles délaissées dans plusieurs chantiers voisins», a-t-il ajouté. Pour la présidente de l’association Green Kasserine, Sonia Smaâli, la mise en œuvre de ce projet vise également à réduire, par valorisation, les déchets ménagers et les ordures estimés à plus de 8 mille tonnes par an. «La réutilisation des déchets biodégradables dans la fertilisation des sols, en agriculture biologique, présente de plus en plus d’intérêt, les pays développés utilisent la technique du compostage des déchets organiques pour produire un compost riche en matières organiques et minérales», a-t-elle noté.

Des campagnes de sensibilisation

S’agissant du rôle de l’association dans ce projet, Smaâli a souligné que des activistes et des volontaires ont mené des campagnes de sensibilisation sur la nécessité de réduire les déchets dans la région de Kasserine ciblant les habitants de trois communes ainsi que des établissements scolaires et universitaires. Les responsables de Green Kasserine assurent également le suivi des projets lancés par les 21 bénéficiaires de ce partenariat tuniso-allemand. «Ce projet permettra également d’initier les habitants de la commune de Kasserine-ville à l’économie circulaire à travers la valorisation des déchets, en tant que vecteur de développement agricole de la région et de protection de l’environnement», a-t-elle conclu.

Laisser un commentaire