2e forum arabo – européen des femmes d’affaires : Une opportunité d’investissement et de réseautage

2,329
Cette rencontre à laquelle participent des femmes d’affaires tunisiennes, arabes et européennes ainsi que des structures publiques et des présidents de chambres de commerce a pour but de consolider l’action commune entre les secteurs privés arabe et européen.

La présidente de l’Union nationale de la femme tunisienne Radhia Jerbi a souligné que le Forum arabo- européen des femmes d’affaires dans sa 2e édition qui se tient les 29 et 30 mai courant à Tunis, constitue une opportunité à même de favoriser l’investissement et les activités de réseautage entre les femmes tunisiennes, arabes et européennes promotrices de projets.

Cette rencontre à laquelle participent des femmes d’affaires tunisiennes, arabes et européennes ainsi que des structures publiques et des présidents de chambres de commerce a pour but de consolider l’action commune entre les secteurs privés arabe et européen.

À cette occasion, Jerbi a indiqué que ce Forum qui a été organisé par l’UNFT en partenariat avec la Société d’organisation des foires et des congrès offre l’opportunité aux femmes d’affaires de développer leur projet et de tirer profit des expériences européennes et arabes en la matière.

Cette importante manifestation à laquelle participent 50 invités de pays arabes et européens ainsi que des spécialistes en technologie de la communication et de l’investissement dans les transformations numériques et l’économie verte permettra aux femmes d’affaires tunisiennes d’adhérer à de nouveaux secteurs d’investissement, de développer leur activités et d’accéder aux marchés arabes et européens notamment pour la commercialisation des produits artisanaux.

De son côté la ministre de la Famille, de la Femme, de l’Enfance et des Personnes âgées Amel Belhaj Moussa a annoncé qu’un atelier sera organisé prochainement pour l’élaboration de la stratégie de participation des femmes à la création de petites et moyennes entreprises afin de réaliser l’égalité des chances dans la création de la richesse, ajoutant que 83 % de femmes chefs d’entreprises sont diplômées du supérieur.

 

Laisser un commentaire