Concert «Al Naghar» de Eya Daghnouj au FIH : Une brise du Nord-Ouest sur le théâtre de Hammamet

2,012
Le Festival international de Hammamet a accueilli, dimanche 9 juillet 2023, la chanteuse tunisienne Eya Daghnouj et son projet «Al Naghar», accompagnée de la troupe Issaoui du Kef, sous la direction de l’artiste Mohamed Abderrahmen.

Avec une sélection de 18 chansons, dont 5 avec la troupe Issaoui, Eya Daghnouj a dressé un panorama du patrimoine musical keffois. Nous avons pu voyager à travers le temps et l’espace avec des morceaux qui représentent le socle de la musique keffoise et notamment avec «Nessma kefia», «Bou Makhlouf Al Naghar», «Sab Erachrach», «Jibouli Khali» et «Mardh Al Hawa».

Eya Daghnouj et les membres de la troupe Issaoui ont été accompagnés et guidés par 10 musiciens sans lesquels le paysage n’aurait pas pu être complet. Avec un violon, deux guitares électriques, une batterie, un tambour, un bendir, deux claviers et une gasba (flûte oblique), le projet «Al Naghar» a pris une forme contemporaine et unique. La gasba, étant un instrument maître de la cérémonie, s’est isolée tout au long de la performance avec des solos trépidants.

Sur une note du Nord-Ouest tunisien, le théâtre de Hammamet s’est soulevé avec des youyous, de l’encens tunisien et des danses émises des deux côtés de la scène. Le public, en sueur, a fredonné les chansons sélectionnées par Eya Daghnouj et ses collaborateurs.

Lors de la conférence de presse organisée après le concert, Eya Daghnouj a rendu hommage à Souad Mahassen, à Saliha et à un bouquet d’artistes qui ont contribué à la continuité du patrimoine musical keffois, mentionnant que le fait qu’elle soit associée à Saliha est une responsabilité face à laquelle elle doit être à la hauteur.

L’artiste a confié que «jouer sur la scène du Festival international de Hammamet est un rêve qui se réalise» et que cette opportunité lui donne une nouvelle énergie. Elle a ajouté qu’elle a toujours farouchement défendu le patrimoine musical keffois et qu’elle rêve de le voir se représenter à l’échelle internationale, comme c’est le cas au Maroc.

Eya Daghnouj a également annoncé qu’elle compte s’ouvrir sur la scène musicale du monde arabe (plus précisément sur l’Egypte et les pays du Golfe) afin de découvrir de nouveaux coins en elle-même et de faire la connaissance de nouveaux publics. Elle a révélé qu’elle prépare actuellement une nouvelle chanson du Golfe avec un poète et un compositeur tunisien et qu’elle annoncera sa date de sortie sur les réseaux sociaux.

Le projet «Al Naghar» d’Eya Daghnouj et sa collaboration avec la troupe Issaoui étaient une occasion pour que nous nous rapprochions encore plus de nos origines et pour que nous prenions conscience de notre histoire tellement riche en couleurs et en notes.

Le Festival International de Hammamet se poursuit jusqu’au 12 août avec des concerts et des spectacles au goût de tout le monde. 

Laisser un commentaire