Restructuration des PME en difficulté: Une nouvelle ligne de financement verra bientôt le jour

2,212

Les ministères de l’Economie et des Finances travaillent de concert sur un projet de restructuration des PME dites «classées».

La nouvelle fera, certainement, frétiller les dirigeants des entreprises sinistrées qui broient du noir: une nouvelle ligne de financement sera prochainement ouverte aux entreprises en crise. Miraculées des chocs exogènes qui se sont abattus sur le pays, au cours des dernières années, la plupart des PME tunisiennes tirent le diable par la queue. De nouveaux financements leur apporteront, à coup sûr, une bouffée d’oxygène et leur permettront d’assurer la continuité de leurs activités.

C’est, en tout cas ce qu’a affirmé, Mhammed Ben Abid, directeur général du climat des affaires au ministère de l’Economie et de la Planification dans une déclaration accordée à La Presse. En marge de la conférence «L’innovation au service de l’impact» qui a été organisée, les 15 et 16 septembre, par la Jeune Chambre Internationale (JCI), Ben Abid a fait savoir que le ministère de l’Economie  se penche actuellement, en collaboration avec le ministère des Finances et la CDC, sur le sauvetage des entreprises à travers la restructuration des PME dites «classées».

Selon  Nejia Ghrabi, directrice générale de la Caisse des dépôts et consignations, une nouvelle ligne de financement de taille cible de 500 millions de dinars a été initiée à cet effet. «La CDC, étant un acteur d’investissement contracyclique qui intervient surtout pendant les périodes de crise, a proposé, dans le cadre des fonds d’urgence après la crise Covid, de mettre en place 5 fonds d’urgence, dont l’un a été totalement investi. 100 millions de dinars ont été ainsi investis dans les fonds de restructuration. On a, jusque-là, participé  dans trois fonds de restructuration et le besoin est beaucoup plus important, c’est pour cette raison que nous avons initié, dans le cadre des mesures de relance de l’économie, une autre de ligne de financement.

Cette ligne sera alimentée à hauteur de 200 millions de dinars mais la taille cible est de 500 millions de dinars. De la même manière, nous allons financer des fonds de restructuration qui, eux, vont sauver les PME», a-t-elle expliqué dans une déclaration à La Presse.

Elle a ajouté que la Caisse est actuellement, en phase de signature avec le Fades (Fonds arabe pour le développement économique et social) qui est le premier bailleur de fonds qui s’est joint à la CDC et qui a injecté 40 millions de dollars dans le fonds de restructuration. «Nous avons déjà, dans la pipe des fonds qui sont déjà constitués et d’autres en cours de constitution. Notre objectif est de financer non seulement la restructuration, mais aussi la relance des PME», a-t-elle conclu.

Qu’en est-il de la stratégie nationale pour l’amélioration du climat des affaires ?

Interrogé sur l’état d’avancement de  la stratégie nationale pour l’amélioration du climat des affaires qui a été annoncée en janvier 2023, Ben Abid a fait savoir que, globalement, le chantier de réforme de l’environnement des affaires est en train d’avancer à bon rythme. A ce jour, 36 mesures de diverses natures ont été implémentées. Pami ces principales mesures, l’obligation d’impliquer le secteur privé dans la conception de nouvelles réglementations relatives au marché public.

Le responsable a, par ailleurs, ajouté que, dans un souci d’efficacité, le ministère a adopté une nouvelle méthodologie de travail appelée «Scrum» qui va permettre d’optimiser le travail entre les diverses parties prenantes (50 départements ministériels) impliqués dans l’exécution de la stratégie. Il est à rappeler que ladite stratégie comporte 185 mesures qui couvrent toutes les thématiques du climat des affaires retraçant le cycle de vie d’une entreprise.

Laisser un commentaire