Vente en ligne des vêtements de deuxième Main: Les réseaux sociaux, un booster pour leurs affaires

2,444

 

Ils ont choisi de booster leurs affaires et de promouvoir leurs domaines d’activités sur les réseaux sociaux afin de gagner de nouveaux clients, plus de visibilité et d’agrandir de la sorte leurs boutiques en ligne… une technique bien efficace et rentable…


Ceux qui font du commerce sur la Toile sont très nombreux de nos jours. En vogue ces derniers temps, surtout après l’apparition des réseaux sociaux et leurs nouvelles options ou fonctionnalités, tels que les directs et les lives, il n’est pas rare de voir des utilisateurs de réseaux sociaux qui  font la promotion de leurs articles mis en vente sur des  pages ou en passant des directs  pour attirer  plus de clientèles potentielles et réussir de la sorte leurs affaires.

Des boutiques de vente virtuelles

H.Grichi est un commerçant œuvrant dans le domaine de la friperie, en particulier la lingerie féminine. Il a débuté son commerce axé sur la vente des vêtements de deuxième main, tout d’abord sur les réseaux sociaux, pour instaurer une base  et attirer des clients  avant d’ouvrir sa boutique réelle il y a déjà une année et demie. «Les réseaux sociaux m’aident beaucoup à booster les ventes et à gagner plus de clients qui peuvent appartenir à des zones et régions très loin de la zone de ma boutique réelle qu’ils ne connaissent pas, mais grâce aux réseaux sociaux, elle a gagné plus de notorité. C’est l’avantage d’ailleurs  des réseaux sociaux qui m’ont permis de travailler sur une large palette de clients et  de mieux faire connaître ma boutique et les articles mis à la vente. Les consommateurs, qui peuvent être des visiteurs de ma page ou des internautes qui regardent de passage mes vidéos, savent désormais que je fais de la vente de vêtements de deuxième main à prix très raisonnable et avec un simple commentaire pour se renseigner de l’adresse de la boutique, ces derniers peuvent devenir des clients fidèles», explique notre interlocuteur avant de continuer : «Le recours à ces réseaux, notamment Instagram, facebook et tiktok, rend la visibilité plus grande de telle sorte que je peux faire des vidéos et des photos réelles, effectuer des commandes et échanger avec les internautes qui veulent plus de détails par rapport à ce que j’expose. Après, il y a des clients qui se déplacent carrément rien qu’en voyant un article qui les attire… Pour les commandes en ligne, elles sont plutôt envoyées à mes clients fidèles que je connais dans la vie réelle pour éviter tout problème relatif au retour du produit», note le vendeur qui insiste tout de même que le seul problème de la vente en ligne est lié, parfois,  à la relation client-vendeur, dans le sens où le vendeur serait obligé de payer en double les frais de livraison en cas de retour du produit (le client ne décroche pas le téléphone ou bien il annule à la dernière minute sa commande). «Idem pour la partie vendeur-client, quand le vendeur perd  sa crédibilité, en envoyant des photos qui ne sont pas réelles, ou un produit qui n’est pas conforme à celui qui a été demandé par le client», conclut Haytham. Si Haytham a choisi cette stratégie pour agrandir ses affaires et faire mieux connaître sa boutique réelle et gagner de la visibilité via les réseaux sociaux, Maroua, quant à elle, a choisi une autre méthode pour faire de la vente de vêtements de deuxième main, tout genre confondu, des souliers, des accessoires, des pantalons, robes… pour femmes, et ce, auprès d’une clientèle précise. Elle a opté pour l’instauration d’une  boutique en ligne,  via une page sur facebook, où elle  poste des photos, avec tous les détails nécessaires, tel que le prix, la marque, la taille et s’arrange par la suite à livrer elle-même le produit à son client. Maroua, une amatrice de vêtements et de mode, se rend presque chaque jour aux boutiques de friperie, choisit des articles variés, à prix raisonnable, mais qui sont  en très bon état et les expose par la suite sur son compte facebook. «Des photos prises avec goût, une jolie association de pièces et de couleurs et parfois  je crée carrément des looks en entier, en associant des pièces achetées à prix cassé,  je  les revends sur la Toile avec un prix légèrement augmenté par rapport à l’initial, car j’expose ces pièces à la vente avec soin, après les avoir lavées  et repassées . J’ai opté pour cette stratégie qui  m’aide à avoir de la crédibilité et  gagner de nouveaux clients.

C’est moi-même qui prends en charge les frais de déplacement jusqu’au client pour terminer la vente de l’article une fois qu’il a été réservé», précise la commerçante en ligne.

Des lives pour la vente directe

Si  la vente en ligne a débuté il y a quelques années avec des photos, et l’échange entre le vendeur et le client  qui se fait par les commentaires, avant de passer la commande, fixer un rendez-vous et livrer le produit, aujourd’hui, nous l’avons remarqué, les lives et les directs ont beaucoup facilité la tâche pour le vendeur et le client qui peut suivre en temps réel les promotions, les pièces, les articles exposés à la vente avec tous les détails nécessaires. Une telle stratégie a été adoptée par plusieurs internautes qui réservent des lives sous le nom de «shopping pour filles», «bonnes affaires», pour présenter à tous ceux et celles qui regardent en live les pièces usagées mises à la vente.

Faire de la vente de vêtements de deuxième main en ligne est devenu un vrai business pour un bon nombre d’internautes, passionnés par la mode. Beaucoup d’entre eux connaissent un vrai succès grâce à ces réseaux et à leur esprit de commerce et leurs talents marketing et en digital.

Laisser un commentaire