Point de vue | Néji Jouini encore et toujours !

1,154

 

Attendu comme le sauveur de l’arbitrage tunisien, victime d’une série de dérapages et de manipulations, Néji Jouini, avec tout son aura et son charisme, ne semble pas apporter les premiers signes d’un vrai changement. Malheureusement, il ne fait que diffuser une image écornée et s’obstine à parler à tort et à travers pour défendre parfois l’indéfendable. Et ce qui est étrange chez le nouveau patron des arbitres tunisiens, c’est sa tendance à monter au créneau, à répondre à tout ce qu’on dit sur les arbitres et sur sa commission. Sans prendre du recul, sans faire preuve de patience pour absorber, un tant soit peu, la colère des clubs en play-off et en play-ont. Lui qui a réui les clubs à quelque temps du début de la compétition pour leur faire passer un message de «paix» et d’ouverture pour réussir les phases du play-off et du play-out. Lui qui s’est entretenu avec toutes les composantes de l’arbitrage pour leur demander d’être les plus précis et les plus objectifs pour éviter de fausser des résultats. Au final, rien n’a changé par rapport à la période de Aouez Trabelsi ou presque. Des erreurs importantes, une VAR très discutable et des arbitres (pas tous bien sûr) qui calculent pour donner un coup de pouce à des clubs et léser d’autres. A toutes ces lamentations  des clubs en partie légitimes, Néji Jouini, avec un air «hautain», demande aux dirigeants des clubs de s’occuper de leurs clubs et de laisser tranquilles les arbitres. Quelque chose de jamais-vu dans le monde! Depuis quand le responsable des arbitres s’attaque aux dirigeants des clubs et parle de leurs choix et de leur mode de gestion? Néji Jouini portait beaucoup d’espoirs de renouveau et de remise en question dans le secteur de l’arbitrage tunisien. Mais malheureusement, étant mal entouré par des ex-arbitres qui sont là pour régler des comptes avec l’époque Wadii El Jary, Néji Jouini n’a fait que changer les personnages, mais garde le même décor et le même scénario. Et en premier lieu, cette VAR qui agit à la tête du client et qui intervient vite pour un club et ferme les yeux exprès contre un autre club. Au lieu de s’atteler à mettre fin aux dérapages et à l’impartialité de la VAR qui n’a fait qu’aggraver la méfiance envers les arbitres tunisiens, Néji Jouini ne rate pas la moindre occasion pour s’exprimer et surtout pour attiser le feu et chercher un bras de fer avec ses détracteurs. Ce n’est pas ainsi qu’il pourra crédibiliser ses arbitres et mettre de l’ordre dans un secteur entaché de soupçons et de connivences.

Néji Jouini, en bon orateur avec des années passées au Qatar à user de ses talents d’expression, est mal parti. Il a intérêt à se mettre un peu en retrait et à éviter d’entrer dans les polémiques inutiles. A moins qu’il n’aime le faire exprès pour continuer à défendre des arbitres tunisiens «calculateurs» et partisans (malintentionnés dans des cas), et qui ne peuvent plus diriger ne serait-ce un match à la CAN !

Laisser un commentaire