Lancement de «Cinematdour» : Le beau rêve du cinéma ambulant !

3,476

 

Revenir à l’essentiel, renouer avec les fondamentaux et croire en un projet qui se présente comme une évidence. «Si vous ne pouvez pas aller vers le cinéma, il viendra vers vous». Il a fallu du souffle et des moyens pour rendre ce rêve possible, car un camion d’une  centaine de places doté des commodités exigées pour une projection qui respecte le public n’est pas une mince affaire. Et quand les instances publiques ne montrent aucun intérêt à s’associer à ce genre d’initiative et ne réalisent pas sa portée, l’entreprise est encore plus périlleuse, mais il faut croire en les rêves, car avec de la volonté ils se réalisent.

Expérience unique en Tunisie voire sur tout le continent et le monde arabe. Un camion en guise de salle de cinéma pour remédier à un parc de salles agonisant sur tout le territoire. Une initiative privée sans aucun soutien des instances publiques qui vient s’ajouter à d’autres initiatives de la société civile et présenter une alternative au silence de l’État dans le domaine de la culture.

«Cinematdour», lancé par l’association focus Gabès, est une initiative qui réfléchit culture et non pas événement, stratégie et politique culturelle et non pas animation. Ce camion, qui risque fort de changer la vie de beaucoup de jeunes personnes qui n’ont jamais vécu l’expérience magique de la salle obscure, sera un rendez-vous avec le 7e art via ce projet qui a été à l’écoute des besoins et qui œuvre à mettre en place une structure mobile pour permettre un accès à la culture et à l’art.

C’est dans ce camion cinéma itinérant doté de 100 places que nous avons vécu cette expérience inédite et sensibilisé à sa mission avec une projection qui respecte le public, un écran dans les normes et des fauteuils confortables.  Ce camion rouge sillonnera la Tunisie pour offrir des films à toutes et à tous. Il ira vers le public, celui qui est loin, dans des endroits inaccessibles et même des villes où aucune salle fixe n’est implantée.

« Notre vision est d’arriver à organiser dans une dizaine d’années une projection par mois dans chaque délégation de la Tunisie en ayant pour valeurs le partage des expériences, des idées, des bonnes pratiques et des moments forts, une culture accessible géographiquement et économiquement, au public à travers  des artistes et des œuvres artistiques», explique Ghofrane Heraghi, directrice du projet.

C’est dans les places publiques, les lieux de grande fréquentation, à proximité des écoles et autres établissements scolaires et dans les lieux qui pourront rendre cette aventure possible que le camion sera planté. Les projections de films : tunisiens, et étrangers pour adultes, jeunes et enfants seront des séances d’échange, de débat, de sensibilisation pour les multitudes de thématiques sociétales et éducatives et une occasion pour des Workshops et ateliers pour les enfants et les jeunes.

Ce camion est aussi capable d’accueillir des performances artistiques telles que des concerts de musique, des pièces de théâtre, des rencontres, etc.

En l’absence du soutien du ministère de la Culture et autres institutions de l’Etat qui devraient soutenir, encourager et accompagner ce genre d’initiative de la société civile, et d’en profiter pour régénérer sa politique, ses stratégies et revoir sa vision archaïque de la question culturelle et éducative et d’envisager l’avenir autrement qu’en termes d’événements, de festivals et d’animation, un plan de financement alternatif a été mis en place pour rendre le projet économiquement viable et l’expérience pérenne et évolutive.

Côté contenu, Cinématdour a entrepris un plan d’action avec d’autres acteurs de la société civile comme l’Unicef, l’OIF, Oxfam au niveau de la collaboration thématique avec une attention particulière accordée aux films abordant des thèmes visant à sensibiliser les habitants aux problématiques sociétales. Ces débats constitueront un espace d’échange sur ces sujets, favorisant ainsi le partage des valeurs et des principes fondamentaux tels que l’égalité, la justice sociale, la non-violence et la préservation de l’environnement, entre autres. De plus, des projections adaptées aux personnes à besoins spécifiques seront proposées afin de promouvoir l’inclusivité du projet.

«Nous voudrons, tout de même, souligner que Cinématdour est une suite logique de projets antérieurs entrepris par Focus Gabès qui est une association basée dans la ville de Gabès active depuis mars 2019 dans le secteur culturel, environnemental et touristique de la ville. Cette association compte parmi ses projets le festival Gabès cinéma Fen, un rendez-vous annuel autour de l’image en mouvement : le Cinéma, l’Art vidéo et la Réalité virtuelle. Houmtek, un espace de projections de films extérieur et une scène libre d’art vivant en partenariat avec la maison de jeunes de Chatt-Essalem. Résidence K : programme de résidences artistiques à Gabès ouvert aux artistes tunisiens et internationaux. Qismi Ahla : aménagement d’une salle d’activités culturelles dans une école primaire publique à Gabès. Oasis Days : Événement annuel ayant pour objectif de sensibiliser, réhabiliter et redonner vie à l’oasis de Gabès et enfin Cinématdour qui a pour objectif de rayonner sur toute la Tunisie et dont le lancement est prévu le 27 avril dans le cadre de la 6e édition de Gabès cinéma Fen», nous explique Fatma Kilani, membre de l’association et actrice culturelle.

Il est à noter également que l’acteur et réalisateur de renommée internationale, Dhafer El Abidine, est le parrain de Cinématdour et a montré un réel enthousiasme à l’idée de soutenir ce projet par sa présence lors du lancement et pour des événements phares. Il saura, par sa notoriété, apporter le soutien et attirer l’intérêt d’autres acteurs de la scène culturelle et associative pour soutenir, croire et encourager un aussi beau projet que Cinématdour.

Laisser un commentaire