«Goodbye Julia» de Mohamed Kordofani, actuellement dans les salles : La déchirure

2,163

 

Il s’agit là d’une sortie phare, celle du long métrage soudanais « Goodbye Julia » de Mohamed Kordofani. Prix de la liberté dans la section «Un certain regard» au festival de Cannes en 2023 et ayant raflé une quinzaine de prix dans des festivals à travers le monde, le film très attendu nous vient du Soudan. Le pays se distingue par son cinéma qui voit difficilement le jour à cause de l’inexistence d’une industrie cinématographique.

La crise humanitaire qui sévit actuellement sur le terrain, résultante d’une succession de guerres civiles, n’arrange en rien la situation. Un pays qui se délite et dont la catastrophe humanitaire est éclipsée médiatiquement par d’autres, notamment par le génocide en cours en Palestine ou la guerre Russie / Ukraine. Une situation humanitaire sans précédent qui sert de toile de fond à des films qui font fureur à l’international. «Goodbye Julia» n’échappe pas à la règle !

Le film, d’une durée de 2h, plonge les spectateurs dans un Soudan en proie à des émeutes civiles en 2005, entre nordistes et sudistes.

Les destins de deux femmes que tout sépare se croisent, des suites d’un accident : la première est issue du nord, la deuxième du sud. La première femme est bourgeoise musulmane, l’antre est esclave et maman d’un petit garçon. Leur relation, ayant des airs de tragédies grecques, s’embourbe dans le contexte violent et perdure malgré tout dans le temps. Le drame est traité d’une manière classique, avec effets de surprise, mise en scène remarquable, jeu d’acteurs juste et musique omniprésente.

Sa problématique fait profondément écho à l’actualité déchirante. «Goodbye Julia» est l’histoire d’une réconciliation impossible entre deux femmes… et entre deux peuples. A découvrir !

Laisser un commentaire