Point de vue | Le fameux comité des sages !

1,541
Point de vue

 

Dans presque chaque club tunisien, on trouve une structure «informelle» baptisée «comité des sages» formée d’ex-présidents et de grands dirigeants avec quelques mécènes et figures-clés de l’histoire du club. Bien sûr que c’est le CA qui a eu l’habitude d’être le plus concerné par ce comité des sages tellement on a vécu, durant plus de 30 ans, avec les récits, les déboires et les prises de positions de ce comité des sages. A l’EST, on en parle un peu moins parce que c’est une autre conception qui se base sur le poids financier de l’actuel président du club «sang et or» qui escamote ce comité des sages. Au CSS, à l’ESS et aussi dans plusieurs clubs tunisiens, ce comité, qui n’a aucun fondement juridique concret, prend en otage le présent et l’avenir du club en question. Quand ça bloque, et quand il y a un problème à trouver un président pour le club, ces anciens dirigeants interviennent à leur façon pour dicter un nom. Et le plus souvent, ce comité des sages, qui n’a aucun mode clair de fonctionnement, est divisé et transmet ses tiraillements dans la vie quotidienne du club. Au lieu d’apporter un concours financier, des sponsors, une expertise ou au moins un message et des actes d’unité, ce comité reste souvent inerte, passif et incapable d’apporter la moindre solution. Il y a même de «l’arrogance» et de la provocation dans le discours et la manière d’agir de ce comité «archaïque» qui évolue encore avec le raisonnement des années 80! Le plus grand tort de ce comité des sages, c’est qu’il se base sur un gros mensonge, celui de la compétence et de la notoriété de ses membres. Or, ses membres se trouvent, avec l’usure et l’évolution du sport et de la gestion des clubs, en rupture avec la réalité et les supporters d’aujourd’hui. Ils pensent toujours que ce sont eux qui détiennent la vérité et que leur présence est fatidique pour leur club. Au fait, ces comités n’apportent ni argent, ni idées, ni savoir, ni quoi que ce soit. Ils vivent sur de présumés «mythes» du passé et sur des rôles de héros souvent inventés. On les mettrait au défi de venir diriger un club aujourd’hui avec les problèmes et les contraintes qu’il y a, ils fuiront en deux jours! Quand on est ex-président, ça ne veut pas dire qu’on a le droit de vie et de mort sur son club, et ça ne veut pas dire pour autant qu’on a la compétence et la stature pour bien intervenir. Ces comités des sages, parachutés et ancrant une culture d’appropriation de certaines personnes du club sont une fausse note et un fait qui témoigne de la fragilité des clubs. Aujourd’hui, ce sont les «socios» dans le monde qui aident à tracer l’avenir de leurs clubs. C’est le public au sens large et ce sont les actionnaires, qui gagnent de l’argent via leurs clubs, qui apportent leurs avis. Nous, en revanche, nous vivons avec les clichés du passé et avec des sages qui n’ont rien de sage, et qui n’ont rien d’extraordinaire. Il est temps que ces gens reprennent leur vrai rang et qu’ils laissent les autres travailler tranquillement. Celui qui était président doit respecter les gens et arrêter de penser qu’il est un génie. Il a pris son temps, il a réussi peut-être, mais ça ne lui donne pas le droit de rester au-dessus du club et de décider à la place des autres. Ce comité des sages est un accident de l’histoire tel que ça se produit dans notre football. L’exemple du CA est une référence en  la matière. Si ce club  a chuté et a touché le fond, c’est à cause de son fameux «comité de sages» qui n’a rien de sage. Pire, c’est un comité effacé et même «loufoque».

Laisser un commentaire