Point de vue | Modèles exemplaires…

1,280
Point de vue

 

Atalanta a mis fin à l’invincibilité de Leverkusen en finale de l’Europa League. Au-delà du résultat final, ce qui interpelle ici, c’est que les deux clubs, pas du tout de premier rang européen, ont réussi à monter en grade. Leverkusen a mis fin à la poisse pour être champion invincible d’Allemagne, et Atalanta a vu ses efforts, depuis de longues années, récompensés. Sportivement, ces deux clubs n’ont ni les joueurs ni les capitaux des grosses écuries italiennes et allemandes, mais au bout du compte, ils ont approché et se sont même installés dans la cour des grands. Ils ont pu, via un modèle administratif et économique rationnel et bien structuré, créer quelque chose. Cette richesse sportive créée a apporté avec elle une plus-value économique après les titres gagnés. Deux modèles économiques exemplaires où, avec des moyens pas gigantesques, mais avec beaucoup d’ingéniosité dans la direction, on a pu réussir. Et le point commun entre ces deux clubs, c’est, entre autres, cette structure sportive de recruteurs et de «scouts» (éclaireurs) qui consiste à suivre et détecter dès le jeune âge des joueurs de qualité à bon marché.

Ce genre de clubs repose sur des effectifs solides de joueurs de qualité, mais pas des stars. Ces «inputs» ne coûtent pas très cher, mais ont du talent et aident le club à gagner et en même temps à les commercialiser un autre jour. L’Atalanta et Leverkuzen, ainsi que d’autres clubs, comptent sur l’intelligence collective et sur la qualité de leurs dirigeants et recruteurs, ainsi que leur sphère technique (entraîneurs, formateurs, éclaireurs, analystes…), pour monter des équipes brillantes et bien nanties. Même s’ils ne sont pas aussi rentables et forts que les favoris classiques, avec le temps, ils progressent, gagnent sportivement et financièrement et développent alors leurs ressources et leur savoir.

Ce sont un merveilleux modèle économique et sportif de ce qu’est l’art de diriger un club. Comme quoi, avoir des moyens ne suffit pas pour réussir, encore faut-il cette touche de génie et de patience pour forger des modèles de succès et de développement à terme. Qu’on apprenne de ce que font et créent les autres. Ce n’est pas une recette magique, c’est plutôt le fait de mettre tous les atouts de son côté et de savoir choisir et coordonner.

Laisser un commentaire