Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) : Un catalyseur de performance économique et de progrès social et environnemental

1,725

 

Les  entreprises tunisiennes, dans leur ensemble, ont déjà pris conscience de l’avantage que peut offrir la RSE, d’où l’adoption de pratiques responsables, dont la réduction de l’empreinte environnementale ou l’investissement dans le développement des compétences des employés.

On n’arrête pas le progrès. Il s’agit là d’une devise suivie dans tous les domaines pour exprimer le souci général d’épouser les diverses avancées et autres nouveautés pour atteindre les plus hauts sommets du développement global.

Il va de soi que les progrès et le développement ont trait théoriquement aux divers volets de la vie sociale et économique appelés à épouser les temps modernes qui accordent une importance majeure à de nouveaux concepts, dont notamment la protection de l’environnement, la lutte contre le réchauffement climatique, l’encouragement aux énergies nouvelles et renouvelables ou, plus simplement, dites propres.

C’est donc dans cet esprit que vient de se tenir en Tunisie la troisième édition du Forum international de la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), sur le thème « Une rentabilité durable, la nouvelle équation de performance de l’entreprise », organisé conjointement par AM Media Plus, l’agence spécialisée dans la mise en place de stratégies RSE.

L’objectif essentiel de ce nouveau concept consiste à favoriser une compréhension approfondie du principe de la rentabilité, dite durable, dans la mesure où elle représente une sorte de nouvelle équation pour la performance des entreprises, en mettant l’accent sur la conciliation entre l’efficacité économique, l’impact environnemental positif et la responsabilité sociale. Autrement dit, une manière de mener les entreprises vers un modèle d’activité durable, tout en engageant sa responsabilité sociale.

Comment obtenir le label RSE ?

Vu sous cet angle, le Forum de cette année 2024 a permis la tenue de plusieurs plénières et autres panels placés sous des thématiques, modérés et animés par des spécialistes et experts de renommée internationale, qui ont débattu et examiné nombre de problématiques en rapport avec la thématique générale.

A noter, par ailleurs, que quatre stages de formation devraient avoir lieu, au cours du mois de juin prochain, pour faire connaître les conditions d’obtention du label RSE pour les Tunisiennes et étrangères résidant et exerçant en Tunisie.

Il faut dire que, évolution oblige, bon nombre de nouvelles conditions d’accès aux marchés étrangers seraient exigées d’ici quelques mois. On citera, entre autres, la taxe carbone, plus explicitement connue comme étant une taxe environnementale portant sur les émissions de dioxyde de carbone et le respect de la responsabilité sociétale, ce qui signifie la nécessité d’adhérer aux nouveaux concepts dans le but de pouvoir tenir la concurrence face aux autres sociétés internationales.

Manque de cadres réglementaires adaptés

En Tunisie, les enjeux de la RSE sont multiples, notamment dans l’amélioration des conditions de travail, la protection de l’environnement, la promotion de l’égalité des genres, la contribution au développement local… Sachant que la RSE comprend des pratiques mises en place par les entreprises afin de faire faces aux préoccupations sociales, environnementales et éthiques dans leurs activités commerciales et leurs interactions avec toutes leurs parties prenantes.

De plus, les entreprises tunisiennes, dans leur ensemble, ont déjà pris conscience de l’avantage que peut offrir la RSE, d’où l’adoption de pratiques responsables, dont la réduction de l’empreinte environnementale ou l’investissement dans le développement des compétences des employés des entreprises qui veillent à améliorent leur image de marque, renforcer leurs relations avec les consommateurs et accéder à de nouveaux marchés. En tout état de cause, dans un contexte mondial où les défis environnementaux et sociaux sont de plus en plus pressants, la RSE devient un puissant levier pouvant orienter l’économie tunisienne vers une croissance sensible respectant les règles de l’environnement, ce qui leur permet de mieux faire face aux défis actuels et futurs.

Il n’en demeure pas moins que la mise en œuvre effective de la RSE en Tunisie demeure tributaire du succès à pouvoir résoudre certains problèmes dont le manque de ressources et de cadres réglementaires adaptés.

Ainsi, l’entreprise tunisienne est appelée à prendre conscience que la responsabilité sociétale et environnementale devient une condition sine qua non pour espérer intégrer les chaînes de valeur mondiales, comme l’a affirmé le président de la Conect.

C’est dire que la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est devenue non seulement une sorte de catalyseur de la performance économique, mais également et surtout un vecteur de progrès social et environnemental.

Laisser un commentaire