Ligue des champions — Finale retour Al Ahly-EST(1-0): L’énorme métier d’Al Ahly !

1,443

L’EST a encaissé un but précoce qui l’a déboussolée. Les Cairotes ont ainsi fait valoir leur expérience pour préserver leur avantage et gagner leur 12e sacre continental. L’EST aura effectué un honorable parcours en Ligue des champions. Le meilleur est à venir.


Un stade du Caire plein comme un œuf et une ambiance très chaude comme on s’y attendait, cette finale retour a commencé sur les chapeaux de roues pour Al Ahly qui a trouvé le chemin des filets à la 4e minute seulement. Un corner botté par Foued et Rabiaa pique une tête déviée par Aholou dans les filets de Memiche. Un scénario inattendu sûrement pour Cardoso qui a bâti sa stratégie sur une organisation défensive impeccable tombée à l’eau très tôt. On a bien vu que l’Espérance a été déboussolée par ce but précoce ne sachant pas quoi faire : prendre des risques ou prendre son temps et attendre. D’ailleurs, les Cairotes, toujours aussi sobres et efficaces dans leur jeu basé sur les relais et les mouvements de Imam Achour, ont menacé les bois de Memiche à plusieurs reprises, cherchant à imposer leur mot. 13’, Wassim Abou Ali tire à côté, et 29’ Taw frappe croisé mais sur le filet externe. Pendant ce temps, Tka et ses équipiers avançaient mais même s’ils ont retrouvé un peu de confiance pour tenir le ballon, il leur a manqué un zest de fermeté dans leurs actions. Rodrigues, marqué de près, et Sasse trop esseulé à droite n’ont pas pesé comme il faut. Une seule action sur la gauche, mais la passe de Rodrigues est sauvée in extremis par Abdelmonem. Aholou, très nerveux et qui a échappé de justesse à un carton rouge au début, a perdu une balle en fin de mi-temps, mais Meriah a sauvé in extremis devant Shahhat. Ce fut une première mi-temps maîtrisée par un Al Ahly connaisseur et expérimenté de ces matches et dopé par un but libérateur. L’EST n’était pas dans son élément, d’autant que le but encaissé a brouillé toutes ses cartes.

Léger mieux mais

On n’a pas vu un vrai changement à l’espérance en seconde mi-temps même si les équipiers de Tka ont posé le pied sur le ballon, surtout au premier quart d’heure. Al Ahly a choisi d’attendre dans sa zone pour préserver son avantage et contrer. Il y avait une possession du ballon, Sasse et Ghacha, pas très bien inspirés, n’ont pas apporté plus de vitesse pour profiter de ce léger ascendant. La balle de Sasse 62’ légèrement à gauche des bois de Choubir a été l’occasion la plus franche pour une EST qui n’a pas su oser davantage et jouer le tout pour le tout. Et paradoxalement, c’est encore une fois Al Ahly qui s’est créé plus d’occasions en reprenant le cours du jeu à partir de la 70’ avec la rentrée de Dieng et la sortie de Tka, Aholou et Sasse qui a dégraissé le milieu du terrain « sang et or ». Imam Achour a tiré en force mais Memiche est intervenu, alors qu’Afcha, rentré à la place de Attia, a tiré sur la transversale à la 86’ sur coup franc. Al Ahly a su construire et préserver son avantage certes en jouant à l’économie, mais en exerçant un énorme savoir et un fort réalisme. L’EST n’a pas bien carburé hier en phase offensive, surtout que ce but précoce d’Al Ahly l’a perturbée. Ce n’était pas une finale mémorable, loin de là, mais c’était l’occasion pour Al Ahly de prouver qu’il est le club le plus fort et le plus régulier du continent. Côté EST, la finale est déjà une grande satisfaction pour une équipe remodelée et qui a joué d’égal à égal avec Al Ahly à Radès et hier au Caire. Il ne faut pas rougir de cette défaite en finale. Au contraire, il faut bâtir sur cette édition de la Ligue des champions. Al Ahly n’a pas volé son 12e sacre qui en dit long sur sa domination. La Ligue des champions, c’est son jardin préféré.

Laisser un commentaire