36e conférence de l’Union interparlementaire arabe : Traiter la migration irrégulière à travers une approche régionale et globale

1,263

 

Les participants saluent les efforts déployés par le gouvernement tunisien pour réduire la migration irrégulière et appellent au traitement des causes profondes de ce phénomène, dans le cadre d’une approche régionale globale et solidaire. Ils affirment leur soutien à la position de la Tunisie qui refuse de devenir une plateforme de transit et de réinstallation pour les migrants irréguliers.

La déclaration finale issue de la 36e conférence de l’Union interparlementaire arabe (Uipa) organisée à Alger les 26 et 27 mai 2024 met en avant les défis que pose la migration irrégulière et ses répercussions négatives sur les plans social et économique dans de nombreux pays arabes. Ainsi que l’importance de réunir tous les efforts pour faire entendre la voix du peuple palestinien et mettre fin à ses souffrances.

Les participants saluent les efforts déployés par le gouvernement tunisien pour réduire la migration irrégulière et appellent au traitement des causes profondes de ce phénomène, dans le cadre d’une approche régionale globale et solidaire. Ils affirment leur soutien à la position de la Tunisie qui refuse de devenir une plateforme de transit et de réinstallation pour les migrants irréguliers.

Le président du parlement, Brahim Bouderbala, a souligné, lors de l’examen du projet de la déclaration finale de la conférence, que la Tunisie a toujours choisi de traiter la question de la migration irrégulière dans le cadre d’une approche régionale globale afin d’assurer la stabilité de la région en créant des opportunités d’emploi pour les jeunes, lit-on dans un communiqué de l’ARP.

L’Union interparlementaire arabe salue, également, dans sa déclaration, les résolutions de l’Assemblée générale des Nations unies concernant l’adhésion pleine et entière de la Palestine à l’organisation onusienne.

Le règlement du conflit arabo-sioniste ne sera possible qu’après l’établissement d’un État palestinien souverain avec Al Qods pour capitale, et l’application de l’Initiative de paix arabe de 2002 ainsi que des résolutions internationales pertinentes concernant la Palestine et son peuple résilient, selon la même source.

Mobiliser tous les efforts pour faire entendre la voix du peuple palestinien

Dans sa déclaration finale, l’Union interparlementaire appelle la communauté internationale et toutes les organisations internationales, le Conseil de sécurité en particulier, à mobiliser tous les efforts nécessaires pour faire entendre la voix du peuple palestinien et mettre fin à ses souffrances.

L’Union interparlementaire souligne, à cet effet, la nécessité de respecter les principes du droit international et de rompre avec la politique de deux poids, deux mesures dans l’application des décisions du Conseil de sécurité, en particulier quand il s’agit des crimes perpétrés par l’entité sioniste. Les parlementaires ont aussi appelé leurs gouvernements à arrêter toutes formes de soutien militaire, politique et économique à l’entité sioniste.

A noter que sur proposition de la délégation tunisienne, l’Uipa a publié une déclaration portant sur la situation dramatique qui prévaut à Gaza et le génocide perpétré par l’entité sioniste à l’encontre des civils palestiniens à Rafah. Les parlementaires arabes ont vivement condamné la brutalité des massacres commis sous les yeux du monde entier, mettant en garde contre les dangers encourus par plus d’un million de déplacés palestiniens à Rafah.

L’Uipa a condamné aussi la position de l’administration américaine soutenant l’entité sioniste et couvrant ses crimes et ses violations flagrantes.

Laisser un commentaire