BILLET | Développement régional : L’économie face aux enjeux internes et externes

1,629

 

La Tunisie devrait faire face à plusieurs défis économiques tout au long  de l’année  2024, tant sur le plan interne qu’externe. De multiples facteurs ont influencé la croissance économique du pays. Sur le plan interne, on peut identifier moult défis majeurs : la sécheresse, la production agricole, la mise en œuvre des réformes structurelles, notamment la réforme fiscale, bancaire, du secteur informel… Ces défis nécessitent une mobilisation des ressources financières, humaines et institutionnelles, ainsi qu’une coordination entre les différents acteurs publics et privés.

La Banque mondiale, via sa publication récente sur la conjoncture économique actuelle et prévisionnelle, propose une évaluation des perspectives économiques nationales, en prenant en compte les dernières données et analyses. L’accent est mis sur la croissance économique de 2024, ses prévisions pour 2025-2026, ainsi que sur l’équilibre macroéconomique.

Les prévisions tiennent compte d’un contexte mondial tendu, marqué par des tensions géopolitiques et une politique monétaire serrée, les projections pour 2025 suggèrent un environnement favorable pour la Tunisie, avec une reprise économique poussée par une demande étrangère revigorée, une inflation décélérée et un renforcement de l’investissement public. Des mesures de soutien social doivent être prises pour contrecarrer l’impact de l’inflation sur la consommation des ménages.

L’environnement économique mondial reste tendu en raison des politiques monétaires restrictives, influençant la croissance qui devrait rester lente avec des disparités régionales graduelles. En Tunisie, la croissance de 2023 aurait été modérée en raison d’une demande extérieure faible et d’une inflation tenace.

Selon l’institution financière,  en 2023, la reprise économique de la Tunisie a été affectée par une sécheresse sévère, des conditions de financement strictes et un rythme modéré des réformes. La croissance du pays est restée inférieure aux niveaux d’avant le Covid-19. La BM révèle que la reprise de l’économie en 2024 était lente. Elle prévoit, en effet,  des taux de croissance de 2,4 % en 2024 et de 2,3 % en 2025-2026, en supposant un progrès dans les réformes structurelles. Le banque souligne également qu’il est crucial de s’attaquer rapidement aux causes profondes des besoins de financements extérieurs, comme le déficit énergétique, le service de la dette, et le niveau des investissements étrangers.

« Malgré les défis actuels, la Tunisie a d’importants potentiels pour transformer et renforcer son économie. Des investissements stratégiques, notamment dans les énergies renouvelables, aideraient considérablement la Tunisie à améliorer sa résilience économique et sa durabilité », a déclaré Alexandre Arrobbio, Représentant résident de la Banque mondiale pour la Tunisie. Cette dernière met en lumière, dans son dernier rapport sur la conjoncture économique, les projets ambitieux de la Tunisie dans le domaine des énergies renouvelables, qui pourraient apporter une solution à ses défis économiques et environnementaux.

Laisser un commentaire