Ligue 1 – Play-off – 8e journée – CA-EST (1-2) : L’EST si réaliste

1,252

 

Deux buts de son duo brésilien contre un CA inefficace ont scellé un derby agité et marqué par des incidents en seconde période.

CA : Farhati-Zaalouni-Taoues-Souissi-Bedoui-Khelil (Kassab)-Sghaier(Ben Yahia) –Arfaoui(Amri)-Meziani(Garreb)-Laabidi(Dhaouadi)-Eduow
EST : Memiche-Bouchniba-Ben Hmida-Meriah-Tougai-Aholou-Tka(El Ayeb)-Chaalali-Sasse (ghacha))-Bouguerra(Ben Ali)-Rodrigues

Le derby tunisois a démarré très fort pour l’EST. Contrairement au match du Caire, l’EST n’a pas encaissé un but, mais a marqué par l’intenable Sasse qui a profité d’une énorme bévue défensive clubiste. Toute l’équipe était devant, Rodrigues pivote et sert Sasse qui était tout seul pour démarrer et tromper Farhati (2’). Le CA était nerveux, emporté à l’avant avec un pressing à la hâte et déséquilibré qui a aidé l’EST à poser le jeu. Sans être menaçante, l’EST s’est contentée de gérer la balle en largeur et attendre. En face, le trio Laabidi-Eduow-Meziani a tourné en rond en jouant des relais inutiles et tendres. Seconde erreur défensive du CA avec Souissi qui heurte bêtement Taoues ( un couloir gauche catastrophique) et la balle rebondit sur Sasse qui sert Rodrigues qui double la marque (26’). Réaction clubiste ? Une minute plus tard, Hamdi Laabidi frappe fort mais sur la transversale, et puis la tête du même joueur est sauvée par Meriah sur la ligne. 39’, Sghaier sert bien Souissi qui de la tête rate de peu le but. Deux occasions concrétisées pour l’EST, deux occasions ratées par ce CA emporté sans raison, c’est ce qui a fait la différence dans cette première mi-temps. L’EST n’a pas décliné les cadeaux de la défense fragile des Clubistes.

Un autre match

De retour des vestiaires, c’était un autre match : le public clubiste, comme le public espérantiste à l’aller, a enflammé le stade de Radès avec les fumigènes et le « craquage » qui a illuminé l’arène mais qui a causé un arrêt de plus de 25 minutes. Avant cela, Meziani a  raté l’occasion du match à la 57’ quand il se présenta seul face à Memiche. Son tir était mal ajusté et le gardien intervient brillamment. Et puis des scènes de violence et l’usage du lacrymogène par les forces de l’ordre. Une grande partie du public a été alors forcée de quitter lamentablement le stade pour que le match se poursuive. Avec un stade vide et des changements à la pelle, le match diminua d’intensité : le CA pousse mais sans clarté, alors que l’EST défend et essaye de jouer les contres. Le forcing du CA a amené un penalty après une faute d’El Ayeb sur Amri, et Eduow transforme le penalty (101’). On en reste là, le CA n’a pas profité d’un coup franc près des dix-huit mètres (110’), ni d’une position profitable de Dhaouadi à la 114’. Un match pauvre techniquement, avec des incidents de violence qui ont faussé le spectacle. L’EST a été réaliste pour avoir optimisé ses occasions contrairement à un CA excité et trop imprudent à l’image de son entraîneur. Victoire qui ouvre la voie du titre pour l’EST.

Laisser un commentaire