Point de vue | Le syndrome Ahmed Hafnaoui !

151
Point de vue

 

Notre champion olympique et mondial en titre, Ahmed Hafnaoui, ne sera pas à Paris pour défendre son titre. Nous n’apportons pas un scoop, mais à tête «reposée» et après la vague de frustration et de déception, on a quand même le droit de saisir ce qui s’est passé. Car, c’est une riche matière qui peut être bien analysée pour tirer des leçons (qu’on connaît déjà à vrai dire). Comment en est-on arrivé là avec un champion olympique en pleine ascension, dirait le plus simple des Tunisiens? On est quand même étonné qu’un champion olympique et porte-drapeau du sport tunisien cale si vite à ce point et n’arrive même pas à défendre son titre. Et pourtant, des signaux ont été décelés depuis des mois avec un rapport tendu de Ahmed Hafnaoui avec son université américaine, et son entraîneur qui multipliait les déclarations évasives et sceptiques à l’égard du Tunisien. Qu’est-ce qui a pu se produire pour que Hafnaoui perde l’envie, la disposition et la concentration pour déclarer forfait? Beaucoup de mystère dans cette malheureuse histoire qui a des répercussions immédiates pas très heureuses sur la carrière de ce jeune nageur qui a déjà perdu de sa verve depuis les Mondiaux (on a alors expliqué cela par l’intensité de la préparation olympique et d’un cycle de charge qui empêche le nageur d’être performant à ce moment). Finalement, il n’ira pas à Paris, et, pour nous, c’est une énorme déception. C’est même un aveu d’échec, parce qu’on n’a pas pu protéger et conserver un champion de cette trempe. Où est passée sa fédération ? Où est passée la Direction d’élite au ministère des Sports ? A-t-on bien parlé avec le nageur pour, au moins, anticiper ce qui allait se produire ? Et dans tout cela, qui est-ce qui peut expliquer avec minutie et objectivité les dessous de cette affaire ? Les Tunisiens ont le droit de savoir et de comprendre les détails de cette histoire. Il s’agit d’un athlète pas comme les autres. Un champion doué qui a dominé la compétition avant de s’éclipser tout d’un coup, faute surtout de suivi et d’accompagnement nécessaires aux champions. Ça ne peut pas passer comme cela. Et ce cas incarne tout un syndrome, celui de perdre les athlètes de haut niveau, faute bien sûr de moyens financiers, mais surtout de savoir-accompagner. Ces champions sont toujours livrés à eux-mêmes pour gérer leurs carrières, surtout ceux qui atteignent le haut niveau et qui gagnent à l’échelle mondiale. Leurs adversaires des grandes nations ont des dizaines de spécialistes qui leur rendent la vie plus facile, et qui les suivent au moindre détail selon des programmes riches prévus et exécutés à la lettre. Pas question de les laisser traîner, et même quand ils passent par un moment délicat (c’est fréquent dans la carrière d’un champion de haut niveau), ils ont tout le soutien et la bienveillance pour rebondir. Ahmed Hafnaoui n’a pas «dérogé» à la trajectoire classique d’un champion de haut niveau tunisien : un énorme talent, une performance internationale précoce avec très peu de moyens, la célébrité et le matraquage médiatique et «viral» des réseaux sociaux et puis le délaissement et le piètre accompagnement qui finissent par faire tomber ce champion de son piédestal. C’est courant, c’est connu, ce n’est pas le premier ni le dernier accident tant qu’on est un pays qui ne «comprend» pas ses champions !    

Laisser un commentaire