Express

45

 

Cepex — «Tunisia Africa Business Meetings» : Les 2 et 3 juillet 2024, à Tunis

Sous l’égide du ministère du Commerce et du Développement des Exportations et en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger, le Centre de promotion des exportations (Cepex) organise la troisième édition des rencontres d’affaires «Tunisia Africa Business Meetings» (Tabm), et ce, les 2 et 3 juillet 2024 à Tunis. L’événement sera organisé avec l’étroite collaboration de l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ) et le programme «Arab Africa Trade Bridges» de la Société internationale islamique de financement du commerce (Itfc).

Cette rencontre professionnelle sera entièrement consacrée aux rendez-vous B2B directs avec plus de 100 acheteurs de 30 pays de l’Afrique subsaharienne couvrant différents secteurs porteurs.

Pendant les deux jours de l’évènement et en plus de ces rencontres, «Tabm 2024» sera doté d’un programme riche proposant une séance plénière, des workshops et des visites d’entreprises.

Egalement, une plateforme sera mise à la disposition des participants afin de mettre en valeur leurs offres de produits et de services exportables, de consulter le profil des acheteurs confirmés et programmer directement des rendez-vous d’affaires.

Les secteurs concernés sont ceux de l’agroalimentaire, des industries mécaniques et électriques, du textile-habillement, du cuir et de la chaussure, le secteur pharmaceutique, le secteur des matériaux de construction et travaux publics, l’industrie chimique, les services de la santé, de l’éducation et de la formation, les technologies de l’information et de la communication en plus de tout autre service destiné aux entreprises tels que la finance, le consulting…

Ridha Chkoundali : «Le paiement des dettes privilégié aux dépens de l’approvisionnement de l’économie»

«L’année dernière, le remboursement des dettes a été privilégié aux dépens de l’approvisionnement de l’économie tunisienne en matériaux de base, ceux prioritaires et semi-manufacturés nécessaires à la production », c’est ce qu’a déclaré le professeur de l’enseignement supérieur en sciences économique, Ridha Chkoundali, sur les ondes d’une radio privée. D’après lui, l’Etat tunisien accorde une grande importance au paiement des dettes, même si cela se fait au détriment des indicateurs économiques réels.

Cela a contribué au déclin de la croissance économique, à même de créer une sorte de baisse du niveau des ressources fiscales de l’Etat, qui a perdu 2 milliards de dinars à cause de cette politique. «Le gouvernement poursuit la même politique en préférant rembourser les dettes extérieures aux requis à la production», assure Chkoundali.

«Il y aura un impact majeur sur les ressources internes de l’Etat et sur le budget de l’Etat pour l’exercice de 2025, dans lequel le besoin d’emprunts extérieurs sera nécessaire et urgent… Le gouvernement doit revoir cette politique, car il y a des difficultés pour mobiliser des ressources extérieures. Ainsi, le gouvernement est obligé de compenser les emprunts externes par des emprunts internes et c’est une option que l’Etat ne peut pas poursuivre indéfiniment», a-t-il formulé.

Laisser un commentaire