Aujourd’hui, fête de l’Armée : Grande muette, chapeau bas !

119

 

Au fil du temps, cette grande muette a marqué bien des points. Au lendemain d’une indépendance, durement conquise, sa fondation en 1956 en a fait une institution digne de respect et qui constitue une véritable mémoire pour toutes les génèrations.

Notre armée fête, aujourd’hui 24 juin, ses 68 ans, et pas une ride ! Officiers, sous-officiers, soldats, femmes et hommes militaires engagés, dans la défense nationale, bon anniversaire ! A ceux qui veillent sur notre paix et sécurité, loin des lumières de la cité, dans les zones à risques jusqu’à nos frontières, merci de nous avoir tant défendus. Au nord comme au sud de la Tunisie, ces hommes valeureux ne craignent point la mort pour la vie de la patrie. A toute l’armée nationale, toutes unités confondues, chapeau bas!

Mission accomplie

Au fil du temps, cette grande muette a marqué bien des points. Au lendemain d’une indépendance, durement conquise, sa fondation en 1956 a dû faire l’histoire d’une institution digne de respect et de mémoire. Une telle reconnaissance lui a valu estime et sympathie. Dévouement, patriotisme et don de soi sont, tout simplement, des qualités qui forgent son caractère et tracent les contours de son identité. Ce crédo militaire étant une culture qui s’apprend chaque jour, tout au long de sa carrière.

L’armée nationale n’a jamais été une école buissonnière. L’engagement jusqu’à la moelle étant une devise sacrée qui incarne son esprit et son comportement. Soixante-huit ans déjà, un vrai parcours du combattant. Elle brille par ses interventions à temps : mégaprojets de développement, formation professionnelle, vaste campagne de vaccination, actions de sauvetage et de secours, gestion des catastrophes naturelles (incendies, inondations…), son rôle n’est plus à démontrer. Voire un exemple de discipline, de loyauté et de perfectionnisme. Missions outre-mer, l’armée tunisienne n’a jamais failli à son devoir humanitaire. Elle répond toujours à l’appel de l’ONU, sous les auspices des Casques bleus. Et combien de fois elle a participé aux opérations de maintien de la paix, spécialement déployées dans des zones de conflit, en Afrique comme en Asie..

Une expérience si riche en enseignements et savoir-faire militaire, laquelle lui a permis, aujourd’hui, d’être une véritable armée républicaine. Ce qui l’a hissé à un statut privilégié. Au fur et à mesure, l’armée tunisienne s’ouvre sur l’espace citoyen pour s’immerger dans un milieu aussi social que sociétal. Et il n’est, alors, point étonnant de voir la population lui offrir, un jour, les fleurs de la révolution.

Depuis, il y a un avant et un après 2011. L’armée a changé, sa politique de défense aussi. Car, face au phénomène du terrorisme, de nouveaux défis s’imposent et d’autres enjeux se profilent à l’horizon. Et il a fallu, à l’époque, les combattre, à ses risques et périls. Certes, l’histoire retiendra que nos forces armées, aux côtés des agents de sécurité, avaient mené une guerre atypique contre les ennemis de la nation. Aguerris, nos soldats continuent, d’ailleurs, à frapper sur tous les fronts. Nombreux sont ceux qui sont, vaillamment, tombés sur l’autel de la liberté. Mais, la victoire leur était toujours un si précieux allié. Le moral étant ainsi au plus haut ! Il l’est encore, d’ailleurs, bien que l’épreuve d’effort, sans relâche, ait relativement usé l’homme et les moyens.

Le service national, un devoir obligatoire ?

Certes, tous ces acquis engrangés et ces honneurs qui lui sont réservés ne peuvent, en aucun cas, nous détourner d’un certain terrain qui reste à conquérir en terme d’équipements mais aussi en terme de potentiel humain. Faute de nouvelles recrues, quel apport concret les campagnes de conscription et de mobilisation peuvent-elles donner?

Aujourd’hui, l’accomplissement du service national ne semble guère un devoir obligatoire pour les jeunes. Rejoindre l’armée, loin s’en faut ! Soit, une réticence largement constatée dont l’explication est liée, en partie, à l’image d’une armée pas assez satisfaite et qui mérite, alors, le plein appui. Cela est d’autant plus remarquable à l’orée des grandes mutations géostratégiques que connaît le monde entier.

Il est temps de voir encore plus grand. Afin que l’institution militaire brille de mille feux. Et pourtant, tout cela ne peut nous faire oublier que seule l’armée nationale est restée, contre vents et marées, fidèle aux sublimes valeurs de la république. Etant à équidistance de toutes les factions politiques et idéologiques, notre armée ne se plie qu’à la mère patrie.

Laisser un commentaire