La feuille de route de la présidentielle dévoilée: L’Isie s’engage à organiser des élections libres et transparentes

113

Les conditions de candidature à la présidentielle, comme le confirme Farouk Bouasker, n’ont pas changé mais des amendements ont été introduits pour être en harmonie avec les dispositions de la Constitution de 2022, réfutant ainsi certaines critiques dénonçant des changements de dernière minute.


Le président de l’Instance supérieure indépendante des élections, Farouk Bouasker, et les membres du Conseil supérieur de l’instance ont organisé hier soir une conférence de presse afin de présenter le cadre, toutes les conditions de candidature et de campagne, ainsi que les dates du calendrier de l’élection présidentielle prévue pour le 6 octobre prochain. 

En effet, le calendrier commence le 14 juillet mais «l’Isie se mettra dès demain à observer ce qui est relayé dans l’espace public pour détecter les infractions commises par les éventuels candidats par rapport à la propagation de fausses informations, ou la diffamation à l’encontre des autres candidats ou autres cibles possibles de ces fausses informations», précise le président de l’Isie, Farouk Bouasker. 

Le calendrier électoral

La période électorale commence le 14 juillet, et la première date est celle du dépôt des candidatures qui est prévue pour la période allant du 29 juillet jusqu’au 6 août prochain. L’annonce de la liste préliminaire des candidats se fera le 11 août et celle de la liste finale le 3 septembre. Ensuite, commencera la campagne électorale le 14 septembre pour prendre fin le 4 octobre à minuit. Pour les Tunisiens vivant à l’étranger, le calendrier est un peu décalé en termes de timing. La campagne commencera le 12 septembre et se terminera le dimanche 2 octobre 2024. Pour le silence électoral, il est prévu les 5 et 6 octobre à l’intérieur du pays et les 3, 4, 5 et 6 à l’étranger. C’est que le scrutin aura lieu le 6 octobre à l’intérieur du pays, et les 4,5 et 6 octobre à l’étranger. 

Les résultats préliminaires seront proclamés le 9 octobre, et les résultats finaux le 9 novembre. 

En cas de second tour, comme lors des élections précédentes, le scrutin aura lieu deux semaines après la proclamation des résultats finaux.

Quant aux conditions de candidature, Bouasker a affirmé que contrairement à ce qui a été dit par certains, ce sont les mêmes conditions que l’élection précédente de 2014 et de 2019, outre les amendements adoptés, notamment en 2022. 

Ainsi, le candidat à la présidentielle devra être âgé de 40 ans au minimum lors du dépôt de sa candidature, être Tunisien issu de parents tunisiens, et ne pas avoir une double nationalité. Aussi, la loi électorale exige qu’il ait un casier judiciaire vierge et n’ait pas commis, entre autres, de délits financiers ou criminels. Par ailleurs, Bouasker et le Conseil supérieur de l’Isie ont réaffirmé l’engagement et le devoir de l’instance d’organiser ces élections, avec ses différents processus dans la transparence totale et l’équité entre candidats et électeurs, d’où il est demandé à chaque candidat de rassembler 10 mille parrainages d’électeurs inscrits au registre électoral, ou le parrainage de 10 députés actuels, ou de 40 membres des conseils locaux. A cet effet, un formulaire a été préparé par l’Isie pour éviter toute forme de falsification ou de manipulation des parrainages. Ce formulaire et toutes les pièces requises pour chaque candidat sont disponibles au siège de l’instance et dans ses 24 bureaux régionaux.

Laisser un commentaire