58e édition du Festival International de Carthage du 18 juillet au 17 août 2024 : Une édition anniversaire

177

 

Côté programmation, cette session connaît une diminution notable du nombre de spectacles, qui a atteint 18 spectacles, par rapport aux éditions précédentes, qui comptaient en moyenne entre 28 et 32 ​​spectacles.

La conférence de presse relative à la 58e édition du Festival international de Carthage s’est tenue, ce lundi 8 juillet 2024, dans le site des maisons romaines à Carthage. C’est dans ces quartiers antiques, entourés de vestiges et surplombant la mer, que se sont rassemblés les nombreux invités : journalistes de tous bords, partenaires, artistes et acteurs de la scène culturelle tunisienne, venus découvrir la programmation et les nouveautés de cette édition-anniversaire, prévue du 18 juillet au 17 août 2024 et qui célèbre les 60 années d’existence du festival. «Le Festival international de Carthage (1964-2024) est le plus ancien festival du monde arabe et en Afrique. Tout au long de ses six décennies, il a illustré non seulement l’ambition que porte la Tunisie pour la culture mais a été, aussi, le ciment de notre cohésion, le moteur du dynamisme de l’économie artistique et le gage indispensable pour que notre pays demeure attractif», a noté  le directeur du festival Kamel Ferjani qui a ajouté qu’à l’heure où la froide machine de guerre sioniste broie, avec un cynisme horrifiant, enfants et femmes palestiniens, il ne sera pas question de célébrer ce moment solennel sans signe d’engagement et de solidarité avec nos frères palestiniens  qui subissent les affres d’une agression génocidaire et inhumaine. «Cette édition anniversaire est une occasion pour évoquer avec gratitude et fierté le souvenir des efforts déployés par tous ceux qui ont contribué au lancement de ce festival, depuis les pères fondateurs qui ont dessiné sa forme jusqu’aux artistes qui ont enrichi le festival de leur créativité et le public qui a toujours été le meilleur soutien.», a déclaré, de son côté, Hend Mokrani, directrice générale de l’Établissement national pour la promotion des festivals et des manifestations culturelles et artistiques (Enpfmca).

Cela prendra la forme, selon ses dires, d’un livre-mémoire qui présente l’héritage laissé par le festival au fil des décennies, en plus d’une exposition documentaire qui rend hommage à tous ceux qui ont contribué au succès et à la pérennité du festival, des artistes qui se sont produits sur scène au théâtre antique de Carthage jusqu’aux organisateurs qui ont travaillé dur pour faire rayonner cet édifice culturel historique. Côté programmation, cette session connaît une diminution notable du nombre de soirées, qui a atteint 18 spectacles, par rapport aux éditions précédentes, qui comptaient en moyenne entre 28 et 32 présentations. La tendance générale des dernières années qui se place du côté des spectacles grand public est maintenue. Lors des éditions précédentes, on a, tout de même, essayé de diversifier les genres et les publics, en proposant des spectacles et des projets de la jeune scène tunisienne qui parlent aux différentes générations de mélomanes et autres avertis, cette année on ne relève pas grand-chose dans ce sens. L’intention et le devoir de rendre hommage à nos frères et sœurs à Gazza, exprimés par Kamel Ferjani, n’est pas, non plus, décelable dans la programmation musicale, qui ne dévoile rien dans ce sens. Le festival en chiffre c’est : 7 soirées tunisiennes, 6 soirées arabes, 5 soirées du monde et 6 pièces de théâtre et représentations théâtrales.

Pour les spectacles tunisiens, on nous annonce : ‘’Ayech leghnayeti’’ de Lotfi Bouchnak en ouverture du festival. Il s’agit d’une soirée-hommage concoctée par ses deux fils Abdelhamid et Hamza pour célébrer son riche parcours artistique. Bouchnak y interprètera non seulement ses titres depuis les années 70 jusqu’à aujourd’hui mais rendra aussi hommage à ses compagnons de route entre paroliers, compositeurs et maîtres. Plusieurs invités de marque tunisiens et arabes se produiront sur scène avec lui. L’opéra « Carmen », par l’Opéra Théâtre de Tunis le 21 juillet;  l’artiste Zied Gharsa le 25 juillet, coïncidant avec les célébrations de la Fête de la République;  « Big Bossa » de Wajiha Jendoubi le 31 juillet; « Nubet Gharam » de Mohamed Ali Kamoun le 12 août; Najet Attia qui revient, le 13 août, à l’occasion de la Journée nationale de la femme tunisienne, sur la scène de Carthage, et le 14 aout, la 3e édition de «Angham fi Dhakira» d’Abderrahmen Ayadi,  dédié aux nostalgiques de la musique tunisienne et qui, cette année, rendra hommage au parolier Habib Mahnouch, au compositeur Naceur Samoud, au chanteur Chedly Hajji et au grand luthiste Ridha Chmak. Côté scène arabe, on nous annonce la participation d’Assala Nasri qui revient après une absence de près de 30 ans et qui assurera la soirée de clôture; de  Kadhem Al-Saher qui revient 6 ans après son dernier concert pour se produire le 3 août et  Wael Kfoury qui assurera la soirée du 19 juillet après une absence de 9 ans. Seront aussi de la partie, cette année, l’Egyptien Hamza Namira le 27 juillet, le Marocain Amine Boudchar les 1er et  10 août, Amal Maher qui est l’une des plus importantes découvertes de la nouvelle génération de la chanson égyptienne et arabe. Pour les soirées du monde, il sera question de deux représentations de cirque sur glace (France), d’un spectacle de flamenco interprété par l’artiste espagnole Sarra Barras; un concert des «The Wailers», qui étaient à la base les compagnons mythiques du légendaire Bob Marley et du grand Youssou N’Dour qui sera sur la scène de Carthage le 15 août.

Le programme

– 18 juillet : Performance de l’artiste Lotfi Bouchnak (Tunisie)

– 19 juillet : Présentation de l’artiste Wael Kfoury (Liban)

– 21 juillet : Représentation de « Carmen » à l’Opéra Théâtre de Tunis (Tunisie)

– 23 juillet : Spectacle de flamenco de « Sara Barras » (Espagne)

– 25 juillet : Concert de l’artiste Zied Gharsa (Tunisie)

– 27 juillet : Concert de l’artiste Hamza Namira (Egypte)

– 28 juillet : concert « The Wailers » (Jamaïque)

– 31 juillet : Spectacle « Big Bossa » de Wajiha Jendoubi (Tunisie)

– 1er août : Concert de l’artiste Amine Boudchar (Maroc)

– 3 août : Concert de l’artiste Kadhem Al-Saher (Irak)

– 6 août : Spectacle « Cirque sur Glace » (France)

– 7 août : Spectacle « Cirque sur Glace » (France)

– 10 août : Concert de l’artiste Amal Maher (Egypte)

– 12 août : Spectacle « Bout of Love » de Muhammad Ali Kammoun (Tunisie)

– 13 août : Concert de l’artiste Najet Attia

– 14 août : Projection « Angham in Memory 3 » (Tunisie)

– 15 août : Spectacle « Youssou Ndour » (Sénégal)

– 17 août : Concert de l’artiste Assala Nasri (Syrie)

Laisser un commentaire