Après leur distinction à la 76ème édition de la Mostra de Venise (28 août-7 septembre 2019), les films tunisiens « Les épouvantails » de Nouri Bouzid, « Noura rêve » de Hind Boujemaâ et « Un fils » de Mehdi Barsaoui participent à la 34e édition du Festival du film francophone de Namur qui se déroulera du 27 septembre au 4 octobre 2019.

«Les épouvantails », 8e long métrage qui marque le retour de Nouri Bouzid après 6 ans d’absence, est retenu à la compétition officielle et concourt donc pour le Bayard d’Or du 34e Fiff. Le film est l’histoire tragique de Zina et Djo qui reviennent en Tunisie en décembre 2013 après avoir été séquestrées et violées au front syrien. Zyna a été séparée de son enfant de deux mois et Djo, se découvrant enceinte, a gardé le silence et ne s’exprimera qu’à travers un roman titré «Violée».
Nadia, avocate, et Dora, médecin humanitaire, tenteront de les aider malgré le regard accusateur de la société, sa violence, et le mal-être qui plane. Nadia est également avocate d’un homosexuel de 21 ans rejeté et banni des établissements scolaires : elle lui demandera d’aider Zina. Leur rencontre sera bouleversante jusqu’à ce qu’ils tenteront de braver à deux la société injuste surmontant ainsi leurs démons. On retrouve dans les principaux rôles : Nour Hajri, Afef Ben Mahmoud, Joumene Limam, Mehdi Hajri, Sondos Belhassen, et Fatma Ben Saïdane.
Présenté à la Mostra de Venise, le film a remporté le prix spécial des droits de l’homme et assurera l’ouverture de la prochaine édition des Journées cinématographiques de Carthage le 26 octobre prochain.
« Noura rêve » de Hind Boujemaâ a été retenu pour la section Première œuvre. Cinq jours, c’est le temps qu’il reste avant que le divorce entre Noura et Jamel, un détenu récidiviste, ne soit prononcé. Noura qui rêve de liberté pourra alors vivre pleinement avec son amant Lassaâd. Mais Jamel est relâché plus tôt que prévu, et la loi tunisienne punit sévèrement l’adultère : Noura va alors devoir jongler entre son travail, ses enfants, son mari et son amant, et défier la justice… Le casting du film est composé de : Hend Sabri, Lotfi Abdelli et Hakim Boumessaoudi, Imen Chérif et Jamel Sassi. « Noura rêve » a déjà participé au Festival BFI de Londres, à San Sebastian et à Toronto. Il est également retenu à la compétition officielle des JCC.
« Un fils », premier long métrage de Mehdi Barsaoui, sera projeté dans le cadre de la compétition officielle du Fiff. Auparavant, il avait été présenté en première mondiale à la Mostra de Venise. Eté 2011 : les spectateurs Fares et Meriem filent des jours heureux avec Aziz, leur enfant âgé de 11 ans. Pendant un séjour dans le sud du pays, leur vie prend un tout autre virage, secoué par un évènement majeur. Place à une course contre la montre effrénée et à un étalage de vérités trop longtemps enfouies. Les principaux rôles sont tenus par Sami Bouajila et Nejla Ben Abdallah.
140 films seront projetés au cours de cette 34e édition du Fiff. Créé en 1986, le Festival international du film francophone de Namur se consacre à la diffusion du cinéma francophone, œuvrant ainsi à la promotion de la diversité culturelle. De réputation internationale, il promeut les œuvres des cinéastes qui partagent l’usage ou la défense du français. Son but est de mettre en exergue une francophonie vivante et dynamique, forte de ses richesses pluriculturelles.

Charger plus d'articles
Charger plus par Neila GHARBI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire