Même pour les observateurs les plus attentifs, le mode de scrutin choisi par le législateur reste flou. Si l’on comprend bien qu’il s’agit d’un scrutin proportionnel plurinominal (on vote pour des listes), le concept « des plus forts restes » continue à échapper à la compréhension d’un grand nombre d’entre nous.

Le professeur Chafik Sarsar, spécialiste en droit constitutionnel et ex-président de l’ISIE a bien voulu nous expliquer tout cela,avec un exemple concret.


Vidéo:© Belhassen Lassoued

Charger plus d'articles
Charger plus par Karim Ben Said
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire