Autre volet de mise en beauté qui commence à séduire les hommes et qui ne tardera pas à intéresser les jeunes femmes: le tatouage !  Utilisé jadis comme un langage social notamment dans les communautés berbères, cette technique esthétique reprend de plus belle. Pour Néjib, il s’agit d’un nouveau projet qu’il s’apprête à lancer, en collaboration avec un tatoueur chevronné. «L’année 2019 marquera mon centre de beauté par l’instauration d’une cabine spécialisée dans l’art du tatouage moderne. J’ai la ferme conviction que cette technique ne tardera pas à attirer des clients et probablement des clientes intéressés par ces assemblages de motifs collant à la peau », indique-t-il.  Il a même choisi d’entamer l’expérience pour en être un modèle pour sa clientèle. « Je me suis fait  tatouer sur l’avant-bras. Mon père n’en est pas fier. Mais ma mère, ma femme et ma fille m’ont signifié leur appréciation quant à ce nouvel atout de beauté masculine. Certains trouvent que le tatouage n’est autre qu’un atout esthétique. D’autres pensent qu’il exprime une idée, une identité. Chacun le considère à sa manière et selon ses convictions. Pour moi, du moins, il sera la tendance pour les années à venir tant pour les hommes que pour les femmes », renchérit-il.  Et d’ajouter que dès les prémices de son nouveau projet, il a reçu un client très branché, âgé de 70 ans, venu pour se faire tatouer la nuque. «C’est dire à quel point le tatouage est en vogue et pourrait aussi bien intéresser les jeunes comme les moins jeunes », ajoute-t-il.  Contrairement au tatouage berbère, celui moderne consiste en l’assemblage de plusieurs motifs inspirés de la nature, de la mécanique et même de la vie privée de tout un chacun. Il s’imprègne d’une couleur noire qui tire légèrement vers le bleu-vert. Revisité pour être « in », il est le reflet d’une personnalité non-conventionnelle, pour qui le corps excède sa fonctionnalité primaire pour être le terrain propice à l’expression, au langage…

Charger plus d'articles
Charger plus par Dorra BEN SALEM
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire