Les semaines passent et les nouvelles, de mauvaises nouvelles, sont annoncées par les clubs engagés dans les différentes compétitions africaines et arabes.
Certes, les résultats sont positifs et nos représentants sont qualifiés ou le seront sans doute, mais le tribut à payer pour ces qualifications devient de plus en plus alarmant.
En effet, les blessures se multiplient et les joueurs sont de plus en plus exposés. C’est que la fatigue peut être la cause d’une blessure irréparable. Surtout que les conséquences d’un choc qui pourrait paraître anodin pourraient se traduire par des conséquences catastrophiques pour une suite de carrière.
La fédération algérienne, dont les équipes vivent presque les mêmes problèmes, a tenu compte de ce facteur tout en prenant en considération les répercussions, aussi bien négatives que positives de ces participations.
C’est ainsi que pour éviter de surcharger les programmes des clubs et de les mettre dans les meilleures conditions de préparation, il n’est plus question, si l’on en croit les informations parvenues, pour les clubs algériens de participer à plus d’une compétition internationale.
le club doit en choisir une et céder l’autre à son suivant immédiat. L’objectif est double : il permet aux équipes engagées d’être plus fraîches, mieux concentrées et surtout ouvre la voie à d’autres formations qui pourraient accéder à ces échanges internationaux. Cet accès d’un plus grand nombre d’équipes est une façon pour chacune d’elles de mieux se préparer et de bénéficier d’une expérience quand même importante.
Bien entendu, on entendra brailler ceux qui tiennent coûte que coûte à enrichir leur palmarès, mais les risques pour les joueurs deviennent énormes et le premier à y perdre sérieusement est bien l’équipe nationale qui se retrouvera avec des joueurs saturés ou blessés donc inutilisables.
On devrait réfléchir à cette formule et non continuer à se plaindre du rythme endiablé que subissent nos équipes représentatives.
De toutes les façons il faudrait trouver une solution pour ce calendrier débraillé et cette compétition saucissonnée qui finit par faire décrocher les plus fidèles.

Charger plus d'articles
Charger plus par Kamel GHATTAS
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *