• «Le comité de soutien verra le jour»
• «720.000 DT dépensés depuis l’entame de saison»
• «Les arriérés de Bacha, Sylla, Ghanem, Kalaï, Munduga. Ça chiffre !»
• Le président de la JSK ne sait plus à quel saint se vouer.
• La JSK est empêtrée, engluée et même démobilisée.
• Les innombrables carences constatées au sein de l’équipe première n’ont fait que précipiter le club dans les abîmes et accélérer la chute de l’ambition aghlabide. Constat alarmant et amer d’un homme dépité mais pas encore résigné.


Les raisons de cette chute vertigineuse ?
«Nous avons tout mis en place durant la phase d’inter-saison avec des recrutements de joueurs expérimentés sous la houlette de l’entraîneur Okbi. Le coach avait, lui-même, choisi les joueurs recrutés. Le groupe avait le potentiel pour réussir malgré le départ des joueurs-cadres en fin de contrat.
Nous avons misé sur les enfants du club pour assurer la continuité. Les recrutements des joueurs étrangers furent bien étudiés pour assurer des ressources au club en cas de transfert. Toutefois, la première défaite à Kairouan face au nouveau promu a déstabilisé le groupe et les supporters n’ont pas manqué d’exprimer leur mécontentement. On s’attendait à une meilleure implication d’ensemble, notamment après la victoire face à l’USBG. Sauf que l’équipe a sombré pour différentes raisons. Instabilité du groupe, blessures pénalisantes, méforme, indiscipline de quelques joueurs. Tout cela s’est accumulé. Par la suite, nous avons imposé une discipline de fer et nous avons motivé les joueurs via des promesses de primes alléchantes en cas de victoire. Mais rien n’a fonctionné!
Les joueurs ne répondent plus et nous sommes à court de liquidités. Le coach Mourad Okbi a préféré partir pour le bien de l’équipe. Nous espérons réagir à l’avenir».

Quelle budgétisation d’avant-saison ?
«Depuis le début de notre mandat, la saison écoulée, nous nous sommes attelés à résoudre les litiges financiers du club en raison du lourd héritage des anciens comités. En l’absence de rapport financier du bureau précédent, nous nous sommes retrouvés face à un gouffre financier. Les arriérés de Bacha, Sylla, Ghannem, Kalaï, Munduga et autres. Ça chiffre !
Grâce au soutien des proches du club nous avons soldé une partie du passif cumulé. Nous avons dépensé plus de 720.000 dinars depuis le début de la saison. Nos comptes bancaires sont dans le rouge ! Bien entendu, nos fans seront informés de la situation budgétaire dans le cadre d’une assemblée évaluative qui sera tenue prochainement».

Quid des bailleurs traditionnels de la JSK ?
«En début de saison, plusieurs anciens dirigeants et proches du club ont donné des gages et confirmé leur intention de prêter main-forte. D’anciennes figures  emblématiques comme Fateh Alouini, Sahbi Klaï, Hammadi Maâloul et autres ont répondu présent ces derniers temps. Un comité de soutien sera mis sur pied en vue d’honorer les différents engagements de la JSK. Enfin, volet staff technique de l’équipe fanion, nous sommes à la recherche de l’oiseau rare. Il faut s’armer de patience et d’humilité. Ça finira par payer».

Mohamed Sahbi CHAFRA

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Dossier du Lundi

Laisser un commentaire