«Jojo Rabbit» a été nominé récemment aux Oscars de 2020, quant à « Birds of Prey », dédié aux aventures de la vénéneuse Harley Queen, il risque fort de faire les choux gras des fans de DC comics. Focus.

Scarlett Johansson et Margot Robbie ont pris d’assaut les grands écrans en ce mois de février qui s’annonce court, mais intense en films. «Jojo Rabbit» s’annonce frais, jovial, juvénile et haut en couleur pour une comédie de guerre de 1h 50 qui relate les aventures d’un petit allemand solitaire nommé Jojo. Sa vision du monde est mise à l’épreuve quand il découvre que sa mère cache une jeune fille juive dans leur grenier. Avec la seule aide de son ami aussi grotesque qu’imaginaire, Adolf Hitler, Jojo va devoir faire face à son nationalisme aveugle. Le film de Taika Waititi avec Roman Griffin Davis, Thomasin Mackenzie et Scarlett Johansson happe le spectateur dans une bulle plaisante jusqu’à arracher des sourires aux spectateurs avides de comédies intelligentes… qui plus est, dans ce cas, est un long métrage de fiction historique. Il rappelle «La vie est belle», le chef-d’œuvre de Begnini qui évoque une enfance vécue dans un contexte de guerre. L’humour planera au début en nous esquissant un petit Adolf Hitler, intelligent, dynamique et déjà riche de ses convictions.

La réalisation est maîtrisée de bout en bout : elle rassemble comédie et drame, et les enfants acteurs sont particulièrement remarquables dans leur façon de jouer.

Show cartoonesque

Dans un autre univers totalement différent, l’ex-fiancée de Joker continue à faire des vagues. Harley Queen n’a pas été aperçue au cinéma depuis « Suicide Squad » sorti en 2016 et signé David Ayer. «Birds of Prey et la fabuleuse histoire de Harley Queen» part de la rupture de Miss Queen avec celle qu’elle nomme souvent «Monsieur J». Ensemble, ils formaient un couple explosif, les «Bonnie & Clyde» de l’univers DC Comics… mais plus maintenant. La « cinglée » prend la parole et raconte une histoire… l’une des plus déjantées. Lorsque Roman Sionis, l’ennemi le plus abominable—et le plus narcissique—de Gotham, et son fidèle acolyte Zsasz décident de s’en prendre à une certaine Cass, la ville est passée au peigne fin pour retrouver la trace de la jeune fille. Les parcours de Harley, de la Chasseuse, de Black Canary et de Renee Montoya se télescopent et ce quatuor improbable n’a d’autre choix que de faire équipe pour éliminer Roman… Haut en couleur, Harley Queen ne pouvait pas être mieux interprétée par une actrice autre comme Margot Robbie : une personnalité atypique, agaçante, génératrice de compassion, par moment, et de colère surtout, va longtemps envahir les salles de cinéma. Mais pas que… les acolytes présentés en groupe dans le film ont pris de l’importance tout autant en prônant un certain féminisme héroïque. Le film qui peut plaire à un public majoritairement jeune possède son lot de scènes violentes. Ewan Macgregor dans le rôle du méchant reste épatant. « Birds of Prey » est vif, réalisé par une femme Cathy Yan et les deux films sont actuellement dans toutes les salles.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire