Un atelier de lancement de la politique urbaine nationale par la Tunisie a été organisé par le ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire et le programme des Nations unies pour les établissements humains ONU-Habitat, et ce, mardi dernier à Tunis.

Ce plan d’action opérationnel vise à élaborer une politique urbaine nationale qui promeut une approche intégrée, participative et inclusive de l’urbanisation. Dans ce contexte, Mme Nada Al Hassan, cheffe du bureau sous-régional pour le Magreb ONU-Habitat, a révélé que les études, les projets et les initiatives sur les questions de la gouvernance urbaine, de la planification urbaine et plus largement du développement durable, ne manquent pas en Tunisie.

De plus, chaque ministère a développé une ou plusieurs stratégies pour améliorer tel ou tel secteur en lien avec l’urbanisme : l’habitat, les quartiers informels, la décentralisation, les routes, les transports, le tourisme, le patrimoine urbain et archéologique, les changements climatiques, la protection de l’environnement et des ressources naturelles, la gestion de l’eau, les énergies vertes, la gestion des déchets, l’accès à la propriété foncière, l’économie urbaine solidaire, l’inclusion sociale, la sécurité, la préparation aux risques, et bien d’autres thèmes, avec aussi des plans spécifiques pour le développement durable de certaines villes.

En même temps, toute personne sillonnant la Tunisie, ses villes, ses campagnes, son littoral  et ses zones intérieures constate une urbanisation insuffisamment planifiée, une perte de la qualité urbaine, paysagère, environnementale, architecturale et patrimoniale, ainsi qu’une grande part d’informalité dans l’urbanisation.

S’ajoutent à cela des transports en commun insuffisants, des problèmes d’accessibilité, des espaces verts narissimes et espaces publics inadéquats, des infrastructures non adaptées, et d’autres défis. Et pourtant, la Tunisie ne manque ni de compétences ni de plans stratégiques.  Il faudra penser à l’urbanisme de manière réellement intersectorielle qui permet de  planifier durablement les villes et les territoires dans toute leur complexité.

L’élaboration de la Politique urbaine nationale est un enjeu national qui engage tous les citoyens, tous les acteurs et tous les secteurs. Elle représente un levier pour le développement durable et inclusif de la Tunisie, en harmonie avec l’agenda du développement durable à l’horizon 2030.

La superficie des villes devrait doubler au cours des trois prochaines décennies en Tunisie. Cela signifie que 70% des bâtiments existants en 2050 doivent encore être construits. Nous sommes donc dans l’urgence d’agir.

Aujourd’hui, en Tunisie, la ville ne peut plus être envisagée, pensée, planifiée, améliorée sans la participation active de la société civile des habitant des villes et de ses usagers, sans la participation active de la jeunesse tunisienne, sans un rôle renforcé de la femme tunisienne, sans des mécanismes de coopération et de planification inter-sectorielle structurés et systématiques avec l’apport de penseurs innovants, afin que les solutions soient intégrées et en adéquation avec les projections futures, d’ordre environnemental, économique et social, tel que stipulé par l’agenda 2030 pour le développement durable.

Charger plus d'articles
Charger plus par Sabrine AHMED
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire