Défait à Tataouine face à l’UST (1-0), le CSHL occupe, désormais, une toute petite dernière place au classement de la Ligue 1 avec 16 points. L’objectif du maintien est devenu donc d’une grande difficulté pour les banlieusards qui n’arrivent plus à remonter la pente. L’entraîneur du club Hatem Missaoui revient sur cette situation délicate.

La situation est si délicate pour vous…
C’est vrai, la situation est devenue bien compliquée, notamment après notre dernier revers face à l’UST. C’était difficile de faire tomber cette équipe à domicile. Néanmoins, on a entamé cette rencontre avec la ferme intention d’empocher les trois points afin de consolider nos chances de maintien. Mais le premier but inscrit par l’UST a complètement bouleversé la situation. Les joueurs ont paniqué et nous n’avons pas réussi à égaliser. C’est très décevant. Maintenant, il faut cravacher très dur et réagir très vite.   

Ce sera un vrai sprint avec ces cinq derniers matchs à jouer ?
Au-delà de cinq matchs, je dirais cinq finales parce que cela devient de plus en plus serré, surtout avec la victoire de l’AS Gabès face au Club Africain. Cela change la donne pour le maintien. Là, ils reviennent dans le coup. Il va falloir engranger des points très vite. Ainsi, malgré la difficulté de la tâche, nous devons remporter notre prochain match face au CSS à tout prix.  Ensuite, nous aurons un déplacement bien délicat pour affronter l’AS Gabès sur sa pelouse. Ce sera certainement le match tournant de la saison dans les deux camps. Nous allons jouer notre va-tout afin de l’emporter et continuer notre course au maintien.

L’équipe a toujours une certaine confiance dans ses capacités et ses chances de maintien ?
«Je pense qu’on a les moyens de s’en sortir et je sais qu’on va s’en sortir si on travaille tous en équipe. Après, ce qui n’a pas fonctionné par rapport à la saison dernière, c’est que collectivement et individuellement, le club a été largement moins régulier. C’est ça qui a fait défaut. Il ne faut pas se mettre une pression de plus. Il faut être concentré sur notre objectif et garder une certaine ligne directrice, bien travailler et nous occuper de nous-mêmes et ne pas nous occuper des autres équipes et des autres résultats. Rien n’est encore joué, nous avons notre destin en main».

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Ali Arfaoui
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *