Le ministre des Affaires sociales, Habib Kchaou, a déclaré lors d’une plénière tenu, jeudi, à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), que la fixation de la date du 30 mars courant pour le versement des allocations sociales à leurs bénéficiaires est due à des raisons strictement organisationnelles, logistiques et techniques, et non pas à l’absence de fonds.

Lors d’une séance plénière tenue jeudi à l’ARP, Kchaou a indiqué que le gouvernement a mobilisé des fonds d’une valeur de 150 millions de dinars pour les distribuer sur environ 900 mille familles, ainsi qu’une enveloppe de 350 millions de dinars au profit des travailleurs menacés par le chômage technique.

Il a évoqué l’approbation d’une augmentation spécifique, de 50 dinars par allocation, au profit de 260 milles familles démunies qui ont déjà perçu leurs mandats.

Des concertations sont en cours avec la Poste tunisienne pour le versement d’allocations spécifiques au profit de 623 mille familles d’un montant de 200 dinars par mandat, à partir du 30 mars courant.

Kchaou a encore souligné qu’ « il n’y a pas de contrainte financière qui empêche le versement de subventions aux travailleurs licenciés dans le cadre du chômage technique. Ces subventions seront versées une fois les procédures achevées et de manière successive en fonction de la réception de nouvelles demandes », a-t-il expliqué.

Il a souligné que toutes ces mesures ont été adoptées « en un temps record, peu après la décision de confinement général en prévention contre le Coronavirus », louant les efforts déployés par l’administration tunisienne pour aplanir les difficultés qui entravent le versement des subventions sociales.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire