Ces désolantes images nous proviennent de la ville de Tazarka où le massacre de l’environnement continue dans le silence complice de qui de droit.

Dès les premières averses, la canalisation des égouts étouffe et fait le plein, en l’absence de canalisation propre aux eaux pluviales. Et bonjour les dégâts que vous pouvez bien constater dans cette vidéo. Et au trop-plein de rejaillir de ces regards pour se propager partout sans issue dégageant des odeurs que je vous fais grâce de décrire.

L’endroit le plus endommagé est la rue Hédi Nouira où les habitants sont menacés outre de Corona, de choléra!

Un «bonus» immérité par le fief de la gentillesse et de la bonté.

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Larbi DEROUICHE
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire