Des malades atteints du lupus (maladie chronique d’immunodéficience), ont lancé, lundi, un cri de détresse sur les réseaux sociaux face à l’impossibilité de se procurer leurs médicaments en ces circonstances difficiles, marquées par la propagation du coronavirus en Tunisie et dans le monde entier.

« Après plusieurs tentatives avec les autorités de tutelle, une cinquantaine de malades d’immunodéficience se sont dirigés vers la direction de la pharmacie et du médicament (DPM) à Tunis (unité technico-administrative relevant du Ministère de la Santé Publique) et les hôpitaux régionaux pour se procurer leurs médicaments », a indiqué Sadok Ben Mhenni, activiste des droits de l’homme, dans une déclaration à l’agence TAP.

« Une fois sur les lieux, la DPM a informé les patients en question, que les médicaments sont délivrés dans les pharmacies privées qui devraient, selon elle, se charger de les ramener de la pharmacie centrale » a-t-il affirmé.

 » Fragiles et susceptibles, les malades de lupus ont plus que jamais besoin de leurs médicaments mais aussi de protection et de prévention » a-t-il souligné. Et d’ajouter : « demander à des patients de faire tant de déplacements ne peut que mettre leur vie en danger ».

Selon Ben Mhenni, plusieurs composantes de la société civile ont fait part de leurs dispositions à se charger de la livraison des médicaments surtout dans les régions intérieures où le déplacement s’avère de plus en plus difficile, compte tenu de la situation générale du pays et surtout l’état de santé de ces malades, dont la vie est menacée par l’absence des médicaments.

Notons que l’agence TAP n’a pas pu joindre les responsables de la direction de la pharmacie et du médicament pour avoir plus de précisions sur ce sujet.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire