Une équipe médicale de l’hôpital Rabta et de la polyclinique Taoufik a procédé à la greffe d’un poumon artificiel pour sauver la vie d’une patiente contaminée par le Coronavirus, qui n’a pas répondu positivement à la respiration artificielle, a indiqué, lundi, le médecin spécialiste en réanimation et en anesthésie Noureddine Mbarek.

Dans une déclaration à la TAP, Mbarek, a indiqué que l’implantation d’un poumon artificiel aux patients souffrant de problèmes pulmonaires est une pratique courante en Tunisie, mais pour la première fois dans le pays, cette technique a été utilisée sur un sujet infecté par le Coronavirus.

Il a fait savoir que ce dispositif médical a été utilisé dans plusieurs pays dans le monde pour sauver la vie de centaine de patients contaminés par le Coronavirus signalant que son expérimentation en Tunisie a été envisagée sur l’une des patientes de la clinique Taoufik.

« L’opération a été couronnée de succès, en collaboration avec une équipe médicale de l’hôpital de La Rabta et l’état de santé de la patiente est actuellement stable », a-t-il relevé.

Le recours à la greffe du poumon artificiel se fait lorsque l’état de santé du patient présente des complications et celui-ci ne répond pas positivement à la respiration artificielle, explique le médecin spécialiste. De ce point de vue, cette technique reste limitée aux cas de contamination aggravée, a-t-il ajouté.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire