Les jeunes jouent en groupe au football et d’autres font du footing autour du bassin des Aghlabides sans respecter la  distanciation sociale.


Après un mois et demi de confinement général, l’Etat a décidé le début du confinement ciblé du 4 au 24 mai pour une première étape. Ainsi, certains secteurs ont été autorisés à reprendre progressivement leurs activités. Or, ce que nous avons remarqué à Kairouan, c’est le relâchement total de la plupart des citoyens dont le comportement irresponsable laisse craindre le pire.

Notons dans ce contexte que le démarrage de cette première étape a coïncidé avec le versement des aides financières conjoncturelles aux personnes ayant soumis leurs demandes aux Omdas.  Ainsi, du 4 au 6 mai, il y avait de longues files d’attente devant les bureaux de poste et les  banques. Ignorant les règles de distanciation sociale et le port de bavettes, ces citoyens étaient collés l’un à l’autre, sous un soleil de plomb. Même constat dans tous les marchés. Par ailleurs, la plupart des commerces ont ouvert leurs portes, même les magasins de friperie, certaines pâtisseries et coiffeurs. En outre, dans la plupart des quartiers, les jeunes jouent en groupe au foot et d’autres font du footing autour du bassin des Aghlabides, sans aucun respect pour la notion de distanciation sociale.

Charger plus d'articles
Charger plus par Fatma ZAGHOUANI
Charger plus dans Société

Un commentaire

  1. Maghzaoui

    09/05/2020 à 11:53

    Je souhaite savoir, si les journaux , La Presse et Assabah appartiennent à l’état ou au privé , car je n’ai jamais su la vérité merci pour votre réponse.

    Répondre

Laisser un commentaire