Nissaf Ben Alaya : « Nous sommes au creux de l’épidémie, mais nous devons rester alertes »

Le ministère de la Santé a tenu hier à Tunis une conférence de presse à la suite de la confirmation de 17 nouveaux cas de Covid-19 importés en Tunisie. Des cas qui inquiètent l’opinion publique à un moment où l’Organisation mondiale de la santé parle d’une probable seconde vague de ce virus encore méconnu des scientifiques. D’ailleurs, peu avant la conférence de presse, le ministre de la Santé, Abdellatif Mekki, a commenté l’information sur sa page facebook en estimant que ces 17 nouveaux cas montrent que le danger est toujours présent et que la vigilance reste de mise. Mais il a en même temps précisé que le dépistage de ces cas révèle que le système de santé, de dépistage précoce et de mise en quatorzaine fonctionne.

Lors du point de presse, le ministre de la Santé a rappelé que les Tunisiens doivent être un peu plus vigilants d’autant plus que le pays est en pleine phase de déconfinement et que 75% des Tunisiens ont repris une vie presque normale. Il a notamment exhorté les citoyens à respecter les mesures de distanciation physique et de port du masque. « Nous allons prochainement publier un texte en vertu duquel ceux qui ne portent pas de masque tomberont sous le coup de la loi », a-t-il prévenu.

De son côté, Nissaf Ben Alaya, la directrice de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes, a rappelé que le risque est désormais un retour à la contamination horizontale qui serait annonciatrice d’une deuxième vague. « Nous sommes au creux de l’épidémie, mais nous devons rester alertes », a-t-elle expliqué.

Par ailleurs, le ministère de la Santé a précisé que depuis le 21 mars, près de 15 000 Tunisiens se trouvant à l’étranger sont revenus en Tunisie, dont 86% ont été logés dans des hôtels pour la période de mise en quatorzaine. Pour le moment, 12 000 d’entre eux ont terminé la période de confinement obligatoire. Il est à noter que le risque de contamination que représentent les arrivants sur le territoire tunisien est 60% supérieur au risque chez les résidents.

Sur un autre plan, le ministre de la Santé a indiqué que la réapparition de la typhoïde et de l’hépatite A prouve encore une fois que la santé est une question transversale qui touche à l’ensemble des aspects du quotidien. Il a ainsi précisé que ces maladies ne pouvaient provenir que de l’insalubrité des eaux consommées.

Le ministre a notamment tenu à commenter le drame de l’intoxication au méthanol à Hadjeb Laâyoun, estimant que sur le plan sanitaire, tout a été parfaitement géré. « J’espère que ce drame permettra de jeter la lumière sur les problèmes sociaux, économiques, culturels et d’éducation, notamment en ce qui concerne le phénomène d’addiction », a-t-il déclaré.

Charger plus d'articles
Charger plus par Karim Ben Said
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire